Comment peindre un verre transparent au pastels. Les 5 étapes.

Comment peindre un verre transparent aux pastels.

Etape 1. Comment se préparer à peindre un verre transparent. Construction et composition.

Quant on se prépare à peindre un verre transparent mis sur une table noire et sur une serviette blanche qu’est-ce qu’on voit ? On voit la table et la serviette à travers le verre. Le verre est transparent ! Donc pour montrer sa transparence, on doit commencer par peindre ce que l’on voit à travers le verre. Mais tout d’abord on commence bien sûr par faire la composition de notre future nature morte et construire les objets en dessinant leurs contours.

 

peindre un verre transparent au pastel. La composition générale peindre un verre transparent au pastel. la précision

 

peindre un verre transparent au pastel. La construction

Ici j’ai choisi pour ma nature morte la composition classique en triangle. En fait c’est le type de composition le plus utilisé par les artistes.

Pour en savoir plus je vous propose de relire mon article La Composition de la nature morte. 

Etape 2. Pour peindre un verre transparent on dessine tout ce que l’on voit à travers.

Dès que la construction est prête on commence à peindre la table, la serviette et la pêche que l’on voit à travers le verre. On mélange d’abord les couleurs de pastel pour dessiner vraiment ce qu’on voit devant nous, sans faire attention au verre. Comme si le verre n’existait pas.

peindre un verre transparent au pastel. A travers le verre

Etape 3. On esquisse la forme du verre.

Ensuite, petit à petit on commence à rajouter quelques petites touches pour déterminer les bords du verre. Comme cela on continue à construire la forme du verre.

peindre un verre transparent au pastel. déterminer la forme

Après on passe au vin rosé qu’on avait mis dans le verre. Ici on voit beaucoup de couleurs roses, oranges et rouges. C’est la couleur propre du vin, mais encore des couleurs réfléchies. La pêche jettent les réflexes et cela influence les couleurs du vin. Encore, nous voyons les réflexes bleus sur la surface du vin, c’est le ciel bleu qui se reflète dans le verre. On rajoute aussi le rouge foncé sous l’ovale du verre ce qui détermine la surface du vin dans le verre .

peindre un verre transparent au pastel. les contours du verrepeindre un verre transparent au pastel. quelques réflexes

En pastel il est indispensable d’utiliser la couleur noire pour rendre les autres couleurs plus foncées. Par exemple vous avez dans votre boîte de pastel un bâton de pastel d’une couleur rouge vive, pour obtenir des autres nuances de cette couleur vous la mélanger directement sur votre support (papier pastel, carton, etc ) en rajoutant d’autres couleurs pour obtenir la teinte nécessaire. Pour obtenir du violet vous mélangerez le rouge avec le bleu, ou avec le jaune pour avoir de l’orange, ou avec vert pour obtenir la couleur marron, etc. Mais comment faire si vous voulez obtenir une couleur plus foncée? On n’a qu’une seule solution, mélanger la couleur de base avec du pastel noir ! Et faire de la même manière pour rendre les couleurs plus claires. On doit alors les mélanger avec le pastel blanc ou d’une autre couleur très pâle.

Revenons à notre peinture. On continue à peindre un verre transparent.

Etape 4. Pour peindre un verre transparent on travaille beaucoup sur les réflexes et les reflets.

Après que l’on ait esquissé le vin dans le verre, on dessine la pêche, avec toutes ces nuances des couleurs et de clair-obscure. Sans oublier de déformer un peu la forme de la pêche dans le verre. Dès qu’on a fini, on s’attaque aux reflets et aux tâches de lumière sur le verre. C’est comme cela que l’on va déterminer sa forme.

peindre un verre transparent au pastel. la forme du verre peindre un verre transparent au pastel. le vin dans la verre

On voit qu’il y a les reflets de différentes couleurs, les reflets clairs et plus foncés. Comme le verre à une texture lisse, il reflète les objets et les couleurs qui se trouvent autour de lui.

peindre un verre transparent au pastel. le verre avec des réflexes peindre un verre transparent au pastel. le verre avec des réflexes presque fini

Etape 5. Les tâches de lumière.

Maintenant on passe au tâches de lumière. On attaque cela au dernier moment quant tout est déjà fait et quand pour finir il ne nous restera que le point final. … La tâche de lumière. C’est l’endroit le plus clair du verre. Avec la tâche de lumière notre verre commence à briller.

peindre un verre transparent au pastel. verre réflexes peindre un verre transparent au pastel. le verre et les fruits

 

Pour finaliser la nature morte j’ai rajouté au premier plan une pêche coupée en deux et un citron vert qui équilibrent la composition, ainsi que la décoration de la serviette faite d’ornements rouges.

peindre un verre transparent au pastel. nature morte

 

peindre un verre transparent au pastel. nature morte finie

 

Voilà ! Maintenant je résume cet article :

Pour peindre un verre transparent on suit ces 5 étapes :
  1. Déterminer la composition générale des objets sur le support (papier pastel, carton, d’autre type de support.) et construire la forme du verre. Dessiner les contours.
  2. Peindre d’abord tout ce qu’on voit à travers le verre comme si le verre n’existait pas.
  3.  Commencer à esquisser la forme du verre par les petites touches de couleurs réfléchies sur les contours et les ombres portées. Ensuit on peint le liquide mis dans le verre avec tous ses reflets.
  4. Travailler sur les reflets sur le verre.
  5. Finaliser la peinture par mettre les tâches de lumière.

Cette méthode marche pour peindre la transparence du verre comme matière ( vases, verres, bouteilles, etc ) en toutes les techniques ( sauf aquarelle classique).

J’ai trouvé un article sur l’histoire du pastel qui peut-être sera intéressent pour vous. “Le pastel des peintre.” 

Maintenant à vos pinceaux ! On va apprendre la peinture ensemble !

Et n’oubliez pas me laisser un commentaire ! 🙂

 

 

La restauration de Fresques

La restauration de fresques

La restauration et la conservation des fresques.

 

La couche de peinture et de plâtre des fresques, se décomposent et s’abîment avec le temps, elles ont donc besoin de restauration. Si les fresques sur enduits à base de chaux éteinte se trouvent sur les murs intérieurs ou extérieurs de structures architecturales, la cause de la destruction est due à la différence de température et d’humidité, ainsi qu’à la pénétration des eaux souterraines. Les eaux souterraines contiennent du dioxyde de carbone, les sulfates, les nitrates, dont l’interaction avec le carbonate de calcium en plâtre conduit à la formation de sels solubles dans l’eau, tout d’abord du bicarbonate de calcium: СаСО32О + СО2> Са(НСО3)2

Sous l’action de dioxyde de carbone de l’air, il se forme hors de lui, de nouveau du carbonate de calcium, qui couvre la surface de la peinture et qui est difficile à enlever  Са(НСО3)2 —> Н2О + СО2+СаСО3

Les effets dévastateurs sont également sur la peinture, les sels solubles qui se trouvent dans les eaux souterraines et qui se déposent sur la surface des fresques en raison de la différence de température et d’humidité. Leur retrait de la surface de la fresque est un processus exigeant beaucoup de main-d’œuvre, mais il n’est pas compliqué.

Les fresques, couvertes de fissures et de sels, se restaurent sur les murs du monument, dans des conditions qui en permanence exercent une influence sur les fresques. Cela complique le choix des matériaux et les techniques de restauration et provoque la nécessité de sa répétition périodique.

Les conditions d’environnement de la terre influent sur les fresques extraites lors de fouilles archéologiques. Ces fresques sont généralement privées de la couche de plâtre et elles tombent dans les mains des restaurateurs sous la forme de morceaux séparés. Après une longue restauration, on expose ces fresques dans des musées, dans des conditions qui favorisent leur longue conservation.

Les fresques anciennes sur du plâtre fragile peuvent être maintenues seulement par le biais de la conservation immédiate après leur découverte.

Pour enlever de la surface des fresques les incrustations de sels calciques on applique d’habitude une méthode laborieuse ce qui n’est pas toujours sûre avec le nettoyage mécanique avec un pinceau et avec un scalpel. L’application d’acides pouvant facilement nettoyer la surface est inacceptable, à cause de leurs réactions avec les pigments ayant pour résultat, la perte de la couche de la peinture.

Les restaurateurs enlèvent les encrassements de fresques avec l’aide du rinçage à l’eau. Si l’encrassement ne cède pas au rinçage de l’eau, on applique les solvants organiques et leurs mélanges, ainsi que les solutions de tensio-actifs.

Les solvants utilisés ne doivent pas avoir une toxicité trop forte. On utilise  généralement de l’alcool éthylique, l’alcool isopropylique, white-spirit, pinène. L’application d’hydrocarbures aromatiques-xylène, le toluène est aussi possible. Sur les espaces contaminés on impose des compresses de gaze imbibé d’un solvant. La majeure partie de résineux substances ramollis et une partie de la suie s’enlèvent aves les compresses. Le reste de l’encrassement s’enlève avec les mêmes solvants à l’aide des tampons de gaze ou des pinceaux.

De nombreux micro-organismes exercent une influence sur les fresques. Pour faire disparaître des micro-organismes et pour empêcher leur croissance, on utilise du biocide qui aide au traitement des peintures murales. En cas d’altération de la surface et d’exfoliation de la couche de la peinture il est nécessaire d’utiliser un antiseptique en combinaison avec le renforcement de la surface.

De tout ce qui précède on peut tirer la conclusion que la restauration des fresques est un processus très laborieux au cours duquel de nombreuses erreurs sont possibles ayant pour résultat, la perte des éléments de la peinture. Donc dans chaque cas, la question se pose de savoir s’il est judicieux de commencer les travaux de restauration ou s’il faut se décider à la conservation de l’oeuvre d’art. Car la restauration peut conduire à la perte de l’authenticité de l’oeuvre, en particulier dans le cas où la perte de la couche de peinture dépasse 40%.

Les fresques du monastère Ferapontov en Russie peuvent servir d’exemple d’une conservation réussite.

Fresques du monastère Ferapontov. Peintre Dionisius et ses fils.
Fresques du monastère Ferapontov. Peintre Dionisius et ses fils.
Fresques du monastère Ferapontov. Peintre Dionisiy
Fresques du monastère Ferapontov.

À la suite des études de la technologie des peintures murales dans la cathédrale du monastère Ferapontov, les restaurateurs ont conclu que l’état de la couche de la peinture initiale est le signe caractéristique de la couche d’auteur, et que l’application de la couche de colle supplémentaire sur la surface pouvait endommager les fresques. Toujours en restant sur la surface des peintures murales, une nouvelle colle conduit à la modification de la coloration et en plus provoque la destruction de l’encrage de la couche. Lors de l’examen des peintures murales de la cathédrale on a constaté que toutes les tentatives précédentes de renforcer la couche superficielle de la peinture par les méthodes et les moyens traditionnels ont mené à de nouvelles destructions. C’est pourquoi les méthodes d’évaluation de l’état de l’ensemble des peintures murales de la cathédrale ont été fondamentalement révisées.

L’état de conservation de chaque morceau et de chaque partie des peintures murales dépendait des matériaux, des caractéristiques technologiques et du positionnement sur les murs de la cathédrale. Par exemple, les fresques du mur ouest de la cathédrale avaient beaucoup souffert. Les peintures murales se trouvaient durant beaucoup d’années donnant sur la rue, par conséquent, de nombreuses couches de peinture étaient complètement perdues. L’installation des fenêtres a provoqué la perte de la couche d’impression de la partie de la composition «le Jugement dernier», des ailes des archanges dans le tambour et en outre de nombreuses fractures de l’enduit et les joints, ce qui conduisit au décollement de l’enduit et des couches de peinture. On peut dire que la méthode inhabituelle de l’évaluation de l’état des couches a incité à renforcer différemment  les petits morceaux de l’encrage de la couche donnant des signes visibles de destruction sur les bords de pertes (décollement de l’encrage de la couche, et du cloquage ). Le principe de l’utilisation d’agents de conservation était de les mettre sous la couche décollée sans toucher la surface. Cette méthode de renforcement a été utilisée  au cours de toutes les années de conservation des fresques.

Dans la cathédrale de la Dormition à Vladimir  l’affaire est tout autre. La perte de la couche de peinture de la composition d’Andreï Roublev  “le Jugement dernier” avait déjà dépassé les 40%.

Le Jugement Dernier d'Andreï Roublev. Fresques de la cathédrale de la Dormition à Vladimir
Le Jugement Dernier d’Andreï Roublev. Fresques de la cathédrale de la Dormition à Vladimir

Malgré la conservation partielle, les fresques continuèrent de se dégrader très rapidement à cause des mauvaises conditions qui se forment pendant les messes. Dans ce cas, la question de la restauration des fresques est très difficile, car il peut devenir la cause de la perte du style de l’artiste.

Archange d'Andreï Roublev

La Trinité d'Andreï Roublev

Les œuvres d’Andreï Roublev

 

D’autre part si la perte de la couche de peinture n’est pas trop grave, la restauration est la méthode préférée de la préservation du patrimoine culturel.

 

A lire encore dans le blog : Les règles de la peinture.

Composition. Nature morte.

La composition.

La composition a  aussi  ces règles ! Une bonne répartition des parties de l’œuvre, la définition de leurs interconnexions, leurs proportions, leurs plans spatiaux, les coloris.

La composition est une chose primordiale dans le tableau. 

Pour apprendre à faire une bonne composition analysez de grandes œuvres d’art, réfléchissez en quoi une œuvre nous influence t’elle plus que une autre, quelles sont les raisons de cette influence. Il n’existe aucune grande œuvre où le choix des objets et leur composition n’est été subordonnée à certaines règles. 

Pour vous aider à apprendre la composition, je vais analyser pour vous une nature morte du peintre français Jean Baptiste Siméon Chardin. 
Composition. Chardin. Nature morte
Chardin. Nature morte

L’artiste a choisi pour sa nature morte une marmite en cuivre, un poêlon, un creuset à épices, trois œufs, deux oignons, deux poireaux et un pain. Tous les objets ont des formes différentes.

Maintenant regardons si le peintre a mis ces objets dans cet ordre par hasard ou consciemment. Comment il a organisé la composition de sa nature morte.

Pour répondre à cette question essayons de comprendre dans quelle mesure cette composition est logique et naturelle.  Est-il possible de composer une nature morte de deux ou trois objets? Oui.

Essayons de les disposer de cette façon :

Composition. Exemple 1

 Mais si l’on les combine autrement ? 

Composition. Exemple 2

C’est plus naturel et logique.  Pourquoi?

Parce qu’il y a plus de lien entre les objets.   Dans la première illustration on voit deux objets séparés. La marmite ne touche pas le creuset à épices. Ils semblent isolés.   Sur la deuxième image la composition des objets est plus riche. Ici on voit que le creuset à épices touche et cache une partie de la marmite. On voit la combinaison de deux formes différentes et de couleurs différentes avec le fond gris.

Essayons de changer la composition en mettant à côté du creuset à épices deux oignons. A l’aide de cette combinaison des objets on a beaucoup enrichi la composition.

Composition. Exemple 3

Les couleurs des oignons et de la marmite se marient bien entre elles et rajoutent en plus une forme plus petite et de différente texture à la composition.

Mais il reste encore un certain mécontentement. Les lignes identiques et uniformes de la marmite rendent cette nature morte ennuyeuse.

Alors l’artiste a rajouté le pain dans la composition.

 

Composition. Exemple 4

De cette manière il rompt la monotonie de la silhouette de la marmite. La nature morte devient encore plus intéressante. Le pain, qui a une forme complexe et une couleur claire, complète la gamme de couleurs.

En plus de cette manière  l’artiste a crée le fameux triangle – la composition le plus utilisée pas les peintres.

Composition. Exemple 5

Mais l’artiste n’est pas encore totalement satisfait. Il cherche une forme qui lui permettra de réunir les objets et il rajoute les œufs et les poireaux.

Composition. Exemple 6

Les œufs indiquent le centre de la composition, réunissent les objets, et rajoutent des contrastes dans la composition.

Les poireaux font la diagonale qui réunit la partie droite et la partie gauche de la nature morte.   Si l’on regarde bien cette nature morte, on verra qu’elle est insérée dans un triangle. Cette forme idéale de la composition est la plus souvent  utilisée par les peintres. 

Il n’y a aucune grand œuvre d’art où le choix des objets et de leur position sur la toile ne subordonne pas aux lois de la composition. 

 

Je vous propose de lire mes articles: Composition dans la peinture ou j’analyse les formes différentes de composition sur les exemples des œuvres de grands artistes peintres,  Les règles de la peinture. qui sont très théoriques et parlent de la perception du clair-obscure et Comment dessiner correctement dans lequel vous découvrez comment mesurer les proportions.    

J’espère que cet article vous aidera à progresser dans votre démarche artistique.

Cela fait déjà 7 ans que je tiens une école de peinture pour adultes et cela fait 15 ans que j’enseigne  la peinture, le dessin et l’anatomie. Durant ce temps j’ai appris qu’il n’a pas de mauvais élèves. J’entends souvent que pour devenir peintre il fait avoir le don, du talent. Donc je peux vous dire qu’il n’y a personne qui ne pourrait apprendre la peinture. On est tous talentueux. Et je vais répéter cela encore et encore. Comme disait ma professeure de musique “Il n’y a personne qui n’a pas d’oreille, ni de voix. Tout s’apprend.”  Elle a eu raison. A voir les résultats de ses élèves. Il n’a pas de mauvaises élèves, il y de mauvaises professeures !

Tout le monde peut apprendre la peinture, il faut juste avoir beaucoup d’envie… j’ai voulu dire… et de patience… mais je m’suis arrêtée…., personnellement je ne suis pas quelqu’un de très patient, et beaucoup de mes élèves non plus. Mais cela ne nous empêche pas de progresser dans la peinture. Bien sûr que c’est très bien si vous avez cette qualité, si non, ce n’est pas grave. On est tous différents, mais tous talentueux !

On va apprendre la peinture ensemble. Je crois beaucoup en vous !

 

Mélange de couleurs à l’aquarelle. Exercices.

Mélange de couleurs à l’aquarelle.

1. Exercices. Pour appendre la technique “alla prima”.

1. Pour faire le premier exercice de mélange de couleurs à l’aquarelle prenez une feuille de papier 30×40 cm environ et collez cette feuille sur une planche (avec du ruban adhésif) . Délimitez trois rectangles 5×7 cm ou 7×15 cm  environ.
Ensuite prenez une couleur assez lumineuse et commencez à appliquer sur la feuille en dirigeant de la peinture de haut en bas.
En rajoutant de l’eau vous parviendrez à la clarification progressive de la peinture.

2. Un autre exercice de mélange de couleurs à l’aquarelle que je vous propose à faire, est de rajouter progressivement l’autre couleur au lieu de l’eau.
De cette manière vous apprendrez comment faire le gradient de couleurs.

Mélange de couleurs à l'aquarelle. Exercices.
Mélange de couleurs à l’aquarelle. Exercices 1 et 2. Exemple.

 

L’essence de ces exercices de mélange de couleurs est d’apprendre comment gérer les couleurs fluides de l’aquarelle.

 

 

 

2. Exercices. Pour appendre la technique de glacis.

3.  Prenez une feuille de papier 30×40 cm environ et collez cette feuille sur une planche. Délimitez trois rectangles de 5×7 cm ou 7×15 cm environ. La surface de chaque rectangle ne doit pas être trop petite. Maintenant il nous faut dissoudre une des couleurs jusqu’à obtenir un teint clair et transparent.

Ensuite il faut enduire les trois rectangles avec ce teint, partant de l’angle supérieur gauche vers l’angle inférieur droit.

Puis, quand la peinture sera sèche sur les trois rectangles, appliquez une autre couche de peinture sur le deuxième et le troisième rectangle. Et enfin mettez encore la troisième couche sur le troisième rectangle après le séchage des couches précédentes.

Par conséquent, vous obtenez trois rectangles de même couleur mais de luminosité différente.

4. Maintenant faites le même exercice mais en appliquant successivement les couches de couleurs différentes.

Par exemple vous pouvez enduire un rectangle avec la couleur jaune et, après le séchage, appliquez la couleur bleue. (Sur un rectangle bleu appliquez une couleur rouge, après jaune – rouge, etc.)

 

Mélange de couleurs à l'aquarelle. Exemple. Exercice. Glacis.
Mélange de couleurs à l’aquarelle. Exemple. Exercice 3, 4. Glacis.

 

 

 

Aquarelle

Aquarelle

Parcours historique. L’aquarelle dans l’histoire de l’art.

Aquarelle comme technique de peinture dans sa présentation moderne est apparue relativement récemment, à la fin de 18 éme – début de 19 éme siècle. La peinture d’ aquarelle de la première moitié de 19 siècle était répandue sous forme de miniature sur papier, tout en conservant les qualités intrinsèques de la miniature sur os et de la peinture-émail, telle que :

Le dessin fin, le moulage de la forme et le volume des détails par de petites touches et par des points, la pureté des couleurs.

 

Cette technique de peinture fut travaillée au début du 19 éme siècle par les plus grands peintres :

Peintres Français

Honoré Victorin Daumier

Jean-Louis-André-Théodore Géricault

Ferdinand Victor Eugène Delacroix

Eugène Isabey

Peintres Anglais

Joseph Mallord William Turner

Richard Parkes Bonington

John Constable

George Chimery

William Callow

John Cozens

Peintres Russes

Karl Pavlovitch Brioullov

Pierre Fiodorovitch Sokolov

Pavel Andreïevitch Fedotov

 

 

A la fin de 19e l’ aquarelle évolue dans sa technique en devenant plus libre, coulante et fougueuse, ce qui se retrouve dans les œuvres d’Edmond Charles Joseph Yon, Henri Zuber, Pierre Vignal, Jehan-Georges Vibert, Pedro Ribera Dutraste, Clemente Pujol de Guastavino, José Navarro Lloréns, Ceferino Olive Cabré, Valentin Aleksandrovitch Serov, Ilya Efimovich Repin, Michele Aleksandrovitch Vrubel et d’autres.

 

Le mot “aquarelle” provient du mot latin “aqva” : l’eau. C’est pour cela qu’on appelle souvent l’aquarelle “la peinture à l’eau’’.

En effet l’eau fait office de diluant pour l’aquarelle. Les couleurs sont obtenus par le mélange des pigments avec des colles végétales telle que la gomme arabique et, pour certaines couleurs, la dextrine de pomme de terre. Le sucre, le miel et la glycérine sont ajoutés pour rendre les couleurs plus élastiques.
Les couleurs utilisées dans l’aquarelle sont les mêmes que dans les autres techniques de peinture. Sauf que pour l’aquarelle l’usage des couleurs transparentes est plus caractéristique.
D’ailleurs parmi les couleurs d’aquarelle il y a des pigments qui sont plus transparents et qui se dissolvent bien, le papier les imbibe plus profondément et uniformément. Ce sont par exemple, le Carmin, le Bleu de Cobalt, la Laque Rouge, le vert Émeraude, l’Ultramarine.

D’autres pigments comme le Jaune de Cadmium (jaune plus chaud), le Cadmium Limon (jaune plus froid), l’Ocre, la terre de Sienne sont plus épais, granuleux, opaques et couvrants. (Je vous parlerai plus de caractéristiques des couleurs dans le prochain article qui sera consacré spécifiquement au mélange des couleurs ).

L’AQUARELLE CLASSIQUE EST LA PEINTURE DANS LAQUELLE LA TECHNIQUE DE GLAÇAGE (APPELÉE ÉGALEMENT LA TECHNIQUE DU GLACIS) EST APPLIQUÉE LE PLUS SOUVENT.

Le pigment blanc ne s’utilise pas, il faut aux endroits voulus laisser apparaître le blanc du papier. Les couches de peinture enduites sur le feuille de papier doivent toujours être très fines, ce qui a pour conséquence, de les rendre très transparentes. La lumière reflétée par le papier blanc se colore d’une couleur pure et révèle à l’œil la sensation de couleur en toute limpidité. Une couche de peinture plus épaisse, étant plus vive, et lumineuse à l’état humide devient mate et perd de la saturation dans ses couleurs, après le séchage.

En aquarelle nous utilisons la méthode de glaçage ainsi que la méthode “alla prima”.

 

Aquarelle faite par mon étudiantes. Fruits.
Aquarelle faite par mon étudiantes Nathalie Deniskina
Nature morte. Aquarelle réalisée par mon étudiante
Aquarelle réalisée par mon étudiante Nathalie Deniskina
Avignon. Aquarelle faite par mon étudiante
Aquarelle faite par mon étudiante Tatiana Viazgicheva
Aquarelle faite par mon étudiante
Aquarelle faite par mon étudiante Tatiana Viazgicheva
Aquarelle faite par mon étudiante
Aquarelle faite par mon étudiante Tatiana Viazgicheva

 

Maintenant à vous de travailler !

Cela fait déjà 7 ans que je tiens une école de peinture pour adultes et cela fait 15 ans que j’enseigne  la peinture, le dessin et l’anatomie. Durant ce temps j’ai appris qu’il n’a pas de mauvais élèves. J’entends souvent que pour devenir peintre il fait avoir le don, du talent. Donc je peux vous dire qu’il n’y a personne qui ne pourrait apprendre la peinture. On est tous talentueux. Et je vais répéter cela encore et encore. Comme disait ma professeure de musique “Il n’y a personne qui n’a pas d’oreille, ni de voix. Tout s’apprend.”  Elle a eu raison. A voir les résultats de ses élèves. Il n’a pas de mauvaises élèves, il y de mauvaises professeures !

Tout le monde peut apprendre la peinture, il faut juste avoir beaucoup d’envie… j’ai voulu dire… et de patience… mais je m’suis arrêtée…., personnellement je ne suis pas quelqu’un de très patient, et beaucoup de mes élèves non plus. Mais cela ne nous empêche pas de progresser dans la peinture. Bien sûr que c’est très bien si vous avez cette qualité, si non, ce n’est pas grave. On est tous différents, mais tous talentueux !

On va apprendre la peinture ensemble. Je crois beaucoup en vous !

 

 

À propos d’Eléna Kuznetsova

éléna Kuznetzova profil

ELÉNA KUZNETSOVA

Je m’appelle Eléna. Je suis artiste-peintre. La peinture c’est ma vie, ma passion, mon travail. Depuis l’enfance j’ai été entouré d’œuvres d’art. A la maison, au lycée, à l’institut des Beaux-Arts de Moscou.  J’enseigne depuis déjà 10 ans la peinture et 30 ans que je l’apprends. Et je continue et continue à apprendre car plus je possède des connaissances artistiques, plus je comprends qu’il me reste encore tant de choses fantastiques et merveilleuses à apprendre.

Dans ce blog je veux partager avec vous mes compétences et mon expérience tout en continuant à progresser moi- même.

Je suis convaincue que chacun doit avoir accès à l’art et à la peinture .

Je suis persuadée que tout le monde a le don du créateur, de l’artiste. Il faut juste le réveiller, le soutenir, et le développer. Je suis sûre que vous êtes capable de faire des miracles, et la peinture est un vrai miracle.  Elle vous ouvrira un monde plein de couleurs, et de lumière ; elle vous donnera une liberté énorme, vous apportera l’harmonie et la tranquillité d’esprit.

Au fil de mes cours vous commencerez à maîtriser les techniques de la peinture acrylique, de la peinture à l’huile, l’aquarelle. Vous apprendrez comment faire des dessins, des croquis et beaucoup d’autres choses passionnantes pour trouver votre style unique et devenir un vrai artiste.

Je vous transmettrai toutes mes connaissances pour que vous puissiez créer librement et jouir de vos œuvres.

 Si vous êtes un débutant, ce blog vous aidera à résoudre les problèmes techniques de la peinture. Ici vous trouverez aussi toute information sur les couleurs, les matériels, les techniques, la composition…… comment mélanger les couleurs, quel pinceau choisir et etc.

 

Si vous êtes un artiste-peintre expérimenté vous trouverez des articles et des vidéos pour progresser encore plus en abordant le dessin académique, la perspective, l’anatomie, l’histoire de l’art, la peinture murale, les questions de la vision artistique, et du style, ainsi que la philosophie.

 A bientôt !

Eléna