Apprendre à dessiner un cheval

Avec cet article “Apprendre à dessiner un cheval” je commence une série d’articles ou un tutoriel plutôt : “Comment dessiner un cheval”. Comme j’aborde un sujet qui est hyper complexe et je veux vous donner les connaissances professionnelles pour vous apprendre à dessiner un cheval. N’importe quel cheval dans n’importe quelle position ! Je suis obligée de séparer cet article en trois articles. Dans le premier article “Apprendre à dessiner un cheval” on parlera de l’anatomie du cheval. Cela ne serait ni professionnel ni honnête si j’ignore cette partie.

Pourquoi il est important d’étudier l’anatomie pour apprendre à dessiner un cheval ?

L’anatomie fait la base pour apprendre à dessiner un cheval ainsi que pour le dessin d’un corps humain et d’un portrait. Si vous voulez apprendre à dessiner un cheval, je vous conseille fortement de lire cet article. Dans mon deuxième article de ce tutoriel  “Comment dessiner un cheval” je vous parlerai des particularités du dessin du cheval, des méthodes pour réussir votre dessin, des techniques comment dessiner un cheval, des détails extérieurs du cheval, de ses mouvements. Tout cela nécessite une bonne base anatomique.

Je pourrai choisir le chemin plus facile, et juste vous montrer les étapes du dessin d’un cheval concret sans me plonger dans les explications des mouvements, des allures, de la construction, des méthodes, ce serait  beaucoup plus facile pour moi et vous arriveriez certainement à dessiner un cheval dans la même position. Mais après, si vous voudriez dessiner un autre cheval dans une autre position, cela vous serait beaucoup plus compliqué. Mon but est que vous puissiez apprendre à dessiner un cheval facilement, dessiner n’importe quel cheval dans n’importe quelle position.

Je donne toujours un exemple pour illustrer pourquoi il est très important d’apprendre l’anatomie. Si l’on entre dans une chambre noire pour la première  fois, où on a jamais été avant sans lumière il est très difficile pour nous de s’y orienter, mais si l’on a déjà été dans cette chambre et que l’on sait où se trouvent des objets, on s’oriente plus facilement. Le corps du cheval ou le corps humain sont une chambre noire pour nous. Et pour s’y orienter on a besoin de l’anatomie. C’est pour cela que je vous demande de prendre le temps pour lire attentivement cet article dans lequel on parlera de :

1.l’Anatomie du cheval

2.Les proportions du cheval et comment les appliquer pour dessiner un cheval concret.

3.Les positions et les mouvements courants (le repos en position debout, le repos en position allongé, centre de gravité du cheval en fonction de ses mouvements, le mécanisme des mouvements du cheval,  le cheval qui se cabre, le cheval transportant un attelage, le cheval qui monte et descend la pente avec un attelage lourde, le cheval qui freine ou recule. Comment dessiner tout cela ! )   

4.Les allures du cheval.

Donc commençons par le squelette du cheval.

L’artiste n’est pas obligé de connaitre tous les os du squelette du cheval, mais il est important de comprendre sa construction pour apprendre à dessiner un cheval correctement. C’est pour cela que je vous invite juste à mémoriser sa construction.  Le squelette est la base du corps du cheval.

Sur cette image vous pouvez voir un squelette du cheval.

squelette du cheval
1.La nuque, 2. os occipital, 3. os frontal, 4. os temporal, 5. cavité orbital, 6. os zygomatique, 7. os nasal, 8. maxillaire supérieure, 9. dents insicives, 10. maxillaire inférieure, 10′. angle du maxillaire inférieure, 11. atlas, 12. 7eme vertèbre cervicale, 13. première vertèbre dorsale, 14. 17 eme vertèbre dorsale, 15. première vertèbre lombaire, 16. 6eme vertèbre lombaire, 17. première vertèbre sacrée, 18. 5eme vertèbre sacrée, 19. première vertèbre coccygienne, 20. 16eme vertèbre coccygienne, 21. la première côte, 22. 6eme côte, 23. 18eme côte, 24 et 24 omoplate, 25. scapulum, 26. sternum, 27. humérus, 28. radius, 29. cubitus, 30. olécrâne, 31. carpe, 31′. os sus-carpien, 32. metacarpien rudimentaire externe, 33. metacarpien principal, 34. grang sesamoïde, 35. 1ère phalange ( os du paturon ), 36. 2ème phalange ( os de la couronne ), 37. 3ème phalange ( os du pied ), 38. sternum, 39. la pointe de la hanche, 40. tubérosité ischiatique, 41 et 42 fémur, 43. trochanter, 44. grand trochanter, 45. rotule, 46. tibia, 46′. articulation fémoro-tibiale, 47. péroné, 48. tarse et astragale, 49. calcanéum, 50. métatarsien principal, 51. métatarsien rudimentaire externe, 52.grang sesamoïde, 53. 1ère phalange ( os du paturon), 54. 2ème phalange ( os de la couronne ), 55. 3ème phalange ( os du pied ).

Je vous rappelle la forme plastique du corps du cheval est basée sur la combinaison harmonique de sa construction (squelette) est de son relief fait par les muscles. 

Les muscles du cheval.

Le plus important pour l’artiste qui veut apprendre à dessiner un cheval, est connaitre la musculature superficielle qui se voit facilement sous la peau et le poil. Les muscles sont constitués de fibres musculaires qui s’attachent aux os avec les tendons. Les plus grands muscles sont concentrés dans la ceinture scapulaire est sur la croupe où ils font plus de relief. Ce sont des endroits de concentration de la force musculaire pour faire le mouvement. Les muscles et les tendons des jambes sont plus petits mais très bien visibles.

Il y a beaucoup de ressemblance anatomique entre le corps humain et le cheval. Donc il est utile de comparer les parties de squelette et des muscles du cheval et ceux d’un humain. En fait la seule chose qui est très différente dans la structure du corps humain c’est que le cheval n’a pas de clavicule. C’est pour cela que sa ceinture scapulaire est comme si elle était pliée, par rapport à la ceinture scapulaire humaine.

Si l’on regarde tout l’appareil ostéo-musculaire qui participe au mouvement du cheval, on voit une certaine élasticité de sa construction. Le corps du cheval c’est un système de «  levier », notamment des jambes postérieures qui représentent la force principale répulsive, surtout au galop où lors du transport de poids en attelage.

Sur cette image vous pouvez voir les muscles du cheval.

muscles du cheval
Les muscles du cheval.
1. Les muscles du visage, 2., 2′.masséterl, 3. muscle trapèse dorsal, 4. muscle rhomboïde, 5. muscle splénius, 6 et 6′ dentelé du cou, 7 et 7′ muscle brachio céphalique, 8. muscle sterno-céphalique, 9. 10. muscle grand pectoral, 11. muscle petit pectoral, 12. omo-transversaire, 13 et 13′ muscle deltoïde, 14 et 14′ triceps branchial, 15. biceps branchial, 16 et 16′ grand dorsal, 17. muscle dentelé dorsal, 18. muscle oblique, 18′ aponévrose du muscle oblique, 19. Muscles intercostaux externes, 20. muscle fessier, 21. tenseur de fascia lata, 21′. fascia lata, 22. fessier superficiel, 23, 23′,23” biceps fémoral, 24. muscle demi tendineux, 25, 25′. muscle dorcal, 26. muscle coccygien, 27. muscle extenseur radial du capre, 28. muscle extenseur du doigt, 28′. tendon du muscle exteseur du doigt, 29. muscle extenseur latéral du doigt, 30 et 30′ muscle ulnaire latéral, 31. muscle extenseur oblique du capre, 32. muscle gastrocnémien, 32′. tendon du muscle gastrocnémien, 33. tendon perforant, 34 et 34′ tendon perforé, 35. muscle long extenseur du doigt, 35′. tendon du muscle long extenseur du doigt, 36. muscle exterieur latéral du doigt, 36′. tendon du muscle exterieur latéral du doigt, 37. ligament.

Maintenant  nous parlerons des proportions du cheval.

Dans mes articles précédents je vous avais déjà parlé des proportions du corps humain et des proportions du visage. Il existe aussi plusieurs canons des proportions du cheval. Comme les proportions du corps humain, les proportions du cheval nous aident à trouver la particularité de chaque personne en trouvant la différence entre les canons classiques et notre modèle.

Donc les proportions du cheval donnent la vision générale sur le cheval. Elles sont perçues comme une notion fondamentale qui caractérise l’extérieur harmonieux d’un cheval.

Sur ce dessin vous voyez les proportions du cheval. Il excite plusieurs canons de proportions du cheval. J’ai choisi le canon qui est à mon avis est plus facile à utiliser. 

Apprendre dessiner un cheval. Les proportions du cheval
Les proportions du cheval.
La taille de la tête AB est égale à la distance entre le dos et le ventre DE, à la distance entre le garrot et le point extreme de la scapula VG, à la distance entre le jarret et le grasset PJ et à la distance entre le jarret et le sol JZ.
La taille de 2,5 de tête est égale à la distance entre le garrot et le sol KV, à la distance entre la croupe et le sol LM, à la longeure du corps CG. La longeure de la croupe RC est égale à la distance CP et à la distnce OH.

Ce sont des proportions qui ont été obtenues par les hippologues comme résultat après de des nombreux mesurages des chevaux de selle. Ici la tête du cheval est prise comme module de mesure.

La taille verticale des sabots jusqu’au garrot qui est égale à la taille horizontale du corps du cheval. Donc selon ses proportions on peut inscrire le corps du cheval dans un carré. Ce sont les dimensions qui sont pratiques pour la vérification visuelle des proportions du cheval.

Je précise que les proportions généralisées du cheval je vous les donne à titre subsidiaire. Par exemple si l’on regarde les chevaux de selle, on voit rarement un cheval, dont le corps selon ses dimensions fait un  carré. ( d’ailleurs les pur-sang arabes sont une race où il y a plus de chevaux qui s’inscrivent dans un carré.) Sans parler des trotteurs ou des chevaux de trait qui s’inscrivent plutôt dans un rectangle allongé. L’artiste doit toujours garder cela à l’esprit et introduire les corrections nécessaires lors de son dessin pour capter la ressemblance du cheval concret.

Les proportions de la tête du cheval.

Apprendre à dessiner un cheval. Les proportions de la tête du cheval.
Les proportions de la tête du cheval.
La tête de profil.
AB – la distance entre la nuque et la lèvre supérieure. VG – est égale de la moitié de la distance AB. La largeur du cou ED est égale aussi à la moitié de AB. La dstrance JZ est égale également à la moitié de AB.
La tête de face.
La distance MF entre les les arcades sourcillères est égale à la distance MA, FA, MK, FK. La distance entre les apophyses zygomatiques SN est égale à la distance entre les les coins internes des yeux LP.

Je veux encore vous rappeler que l’artiste qui veut apprendre à dessiner un cheval en utilisant les canons des proportions doit quand même utiliser la méthode de comparaison pour mesurer les proportions réelles qui appartiennent au cheval concret et chercher toujours la différence entre les proportions réelles de son modèle et les proportions classiques.

Les allures du cheval.

Les mouvements du cheval en raison de sa structure sont assez répétitifs du fait de sa colonne vertébrale qui est peu souple dans la zone du dos. Cette certaine rigidité du dos est compensée par une grande taille et une grande motricité des jambes, ainsi qu’une souplesse du cou.

Les jambes antérieures  servent de support pour la masse de son corps et les jambes postérieures sont  la force répulsive principale du cheval. Les jambes postérieures sont une sorte de ressort mobile lui servant à pousser le corps en avant et vers le haut, quand le cheval saute. Quand le cheval bouge il utilise son centre de gravité en le déplaçant au moyen d’un lever ou d’un baisser de la tête et en tirant le cou.

Apprendre à dessiner un cheval. Le centre de gravité du cheval
Centre de gravité du cheval.

Dans l’équitation quand le cheval est monté le centre de gravité du cheval dépend du cavalier, de sa position sur le cheval et du fait si le cheval est rassemblé ou non. Le poids du cavalier déplace le centre de gravité du cheval vers les jambes antérieures ce qui est fatiguant pour le cheval. Quand le cheval est rassemblé par le cavalier, le poids de gravité se déplace vers les jambes postérieures.

Le mécanisme des mouvements du cheval on peut l’illustrer par le ressort qui se compresse et se décompresse. Comme sur ce dessin.

apprendre à dessiner un cheval qui galope
Le mécanisme des mouvements du cheval.

Ce mécanisme a ses particularités chez chaque animal. Ce que l’on peut voir sur ce dessin où l’on compare le mécanisme de mouvement d’un cheval et d’un lapin. Ici on peut voir que la souplesse de la colonne vertébrale d’un lapin est beaucoup plus supérieure de celle d’un cheval.

Les postures et les positions courantes du cheval. Apprendre à dessiner un cheval dans n’importe quelle position.

Le repos en position debout.

Dans cette position le poids du corps du cheval se trouvent sur ces trois jambes.

Observez ce dessin.  Cette position est très typique pour le repos.

Apprendre à dessiner un cheval. Le repos en position debout
Cheval se repose en position debout.

Une des jambes postérieures est légèrement pliée, la pointe de la hanche de ce côté et plus basse, le sabot touche la terre uniquement avec la pince (la paroi de devant). Si la jambe antérieure est dans la position de repos elle est mise légèrement en avant. 

Le repos en position allongée.

Le cheval qui dort
Un poulain alongé.

La position est d’habitude allongée sur les côtes avec les jambes pliées. Mais un cheval qui est très fatigué pu être allongé sur le côté dans la position que l’on peut voir sur ce dessin.

Le cheval se cabre.

Le cheval se cabre. Apprendre à dessiner un cheval
Le cheval se cabre et le cheval rue.

Le cheval peut pointer très haut presque à la verticale ou juste se cabrer un peu.  Les jambes postérieures sont toujours plus au moins pliées et très tendues. Les jambes antérieures du cheval il les utilise pour trouver l’équilibre. Souvent une des jambes antérieures est plus levée que l’autre.

Freinage du cheval

Pour freiner le cheval appuie avec le poids de son corps sur les jambes postérieures en les pliants fortement. Les jambes antérieures au contraire se dressent et prennent une position oblique par rapport au corps du cheval. La tête et le cou s’inclinent en arrière et grâce à ce mouvement le centre de gravité se déplace en arrière par rapport au point d’appui des jambes antérieures et le cheval freine. Donc l’effort principal tombe sur les jambes postérieures.

Le cheval freine. Apprenndre à dessiner un cheval
le cheval freine

Ce mouvement on peut le voir très clairement quand le cheval descend ou quand il s’arrête brusquement après avoir galoper.

Comment apprendre à dessiner un cheval qui tracte un attelage lourd.

Le cheval met beaucoup d’effort pour transporter un attelage lourd. D’habitude ça se fait au pas et s’exprime par une tension musculaire générale. La position du centre de gravité est très importante. L’effort du cheval est destiné à tirer le poids.

Le cheval tracte un attelage. Apprendre à dessiner un cheval
Le cheval tracte un attelage lourd.

Donc l’effort principal tombe aussi sur les jambes postérieures. Les jambes antérieures soutiennent le poids du corps du cheval et aident les jambes postérieures à pousser le corps. Le cheval tire le cou et tout son corps en avant et comme cela il déplace le centre d’équilibre en avant pour faire contrepoids au poids qu’il traine derrière lui.

Comment apprendre à dessiner un cheval qui monte ou descend la pente.

Quand le cheval monte l’attelage lourd dans la pente, à la force résistante qui aide le cheval trainer l’attelage on doit encore rajouter la force d’attraction. La force d’attraction influence aussi le propre poids du cheval qui monte la pente.

C’est pour cela que comme le poids de l’attelage augmente les muscles du cheval, surtout les muscles des jambes postérieures se contractent d’avantage et deviennent encore plus visibles. Dans cette position le cheval avance la tête jusqu’au bout et de cette manière déplace le centre de gravité le plus possible en avant.

Apprendre à dessiner un cheval. Le cheval monte et descend
Le cheval monte et descend

Quand le cheval descend la pente la force d’inertie de l’attelage lourd augmente et le cheval est obligé de freiner l’attelage. Le poids de l’attelage s’appuie par les brancards sur le collier et le cheval avec son propre poids et en s’appuyant sur ses jambes antérieures à l’aide de l’avaloire retient le collier. Et en même temps Il jette la tête en arrière en déplaçant le centre de gravité en arrière pour retenir l’attelage.

Apprendre à dessiner un cheval et ses allures

Le pas du cheval

Le pas c’est une allure qui a quatre temps. Cela veut dire que quand le cheval marche au pas ses jambes se posent par terre en diagonale l’une après l’une autre uniformément en quatre pas. Etudions ce schéma.

Les allures du cheval. Le pas.
Les 6 phases du pas.

Ici on voit six dessins :

  1. Le cheval s’appuie sur les trois jambes et lève sa jambe antérieure droite.
  2. La jambe droite s’appuie déjà sur le sol, la jambe postérieure gauche est levée, la jambe antérieure gauche va se lever.
  3. Le cheval est en train de poser sa jambe postérieure gauche par terre et lève la jambe antérieure gauche.
  4. La jambe postérieure gauche est posée par terre, la jambe antérieure gauche se met en avant.
  5. La jambe postérieure droite est soulevée, la jambe antérieure gauche est posée par terre.
  6.  La jambe postérieure droite se met en avant pour se mettre sur la place que vient de laisser la jambe antérieure droite.     

Le trot du cheval

Le trot c’est une allure à deux temps. Le cheval lève et baisse les jambes en diagonale en deux temps. Sur ce dessin on peut voir les mouvements du cheval au trot.

Les allures du cheval. Le trot
Les 5 phases du trot
  1. La jambe antérieure droite et la jambe postérieure gauche s’appuient sur la terre. C’est le début de la diagonale droite.
  2. Le cheval s’appuie sur la terre avec les mêmes jambes. C’est le milieu de la diagonale droite.
  3. Le cheval s’appuie sur la terre avec les mêmes jambes. C’est la phase finale de la diagonale droite.
  4. Toutes les jambes sont levées.
  5. Le cheval s’appuie sur la terre avec la jambe antérieure gauche et la jambe postérieure droite. C’est le début de la diagonale gauche.

Le galop du cheval

Le trop c’est une allure à trois temps. Les mouvements des membres ne sont pas symétriques comme ceux du trot ou du pas.  Donc le galop peut être sur le pied droit et sur le pied gauche. Il y a le moment au galop où tout le poids du cheval se pose sur une seule jambe.

Sur ces deux dessins on peut voir les quinze mouvements du galop.

Les allures du cheval. Le galop
Les phases 1-8 du galop

1.Le cheval s’appuie sur sa jambe postérieure gauche, les autres pieds sont levés.

2 . Deuxième phase de ce mouvement avec l’appuie sur le même pied.

3 et 4. Le cheval s’appuie sur les deux jambes postérieures et passe à la diagonale gauche.

5.La première phase de la diagonale gauche. 

6.La phase intermédiaire de la diagonale gauche.

 7.et 8. La phase finale de la diagonale gauche.

Les allures du cheval. Le galop 2
Les phases 9-16 du galop

9,10, 11. Le cheval s’appuie sur son pied antérieur droit, tous les autres pieds sont en l’air.

12 . Le cheval passe au mouvement où il se trouve complètement en l’air sans toucher la terre avec les pieds.

13. La première phase de suspension.

14. La phase intermédiaire de suspension.

15.  La phase finale de suspension après laquelle le cheval passe au mouvement comme on peut le voir sur le premier dessin ou sur le dessin 16.  

L’amble du cheval

Les allure du cheval. L'amble.
Les 2 phases de l’amble

L’amble c’est une allure à deux temps comme le trot. En fait l’amble est une variété du trot. Mais le cheval lève et baisse ses jambes de chaque côté en même temps alors que en trot le cheval lève et pose ses jambes en diagonale.

Bravo ! On est arrivé à la fin de cet article “Apprendre à dessiner un cheval” !

J’espère que vous avez aimé cet article malgré qu’il soit assez technique. Mais il vous a donné une bonne base pour passer à l’article suivant “Comment dessiner un cheval” dans lequel on va parler des techniques et des méthodes qui nous aide à apprendre à dessiner le cheval correctement. Et après cela on passera à un autre article “Comment dessiner un cheval étape par étape” où je vais dessiner un cheval devant vous pour vous montrer tout le processus du travail.  Pour apprendre à dessiner un cheval je vous conseille fortement de lire chaque article, sans sauter les étapes. 

Merci d’avoir lu cet article ! Je vous invite à me laisser un commentaire et bien sûr me poser des questions. Je ferai tout mon mieux pour rendre mes articles intéressants et utiles pour vous. Je suis toujours ravie de vous aider.

A bientôt ! 🙂

P.S. Je vous mes un lien sur l’article qui me paraît interessant qui parle du cheval dans la peinture.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Proportions du visage.

Cet article, dans lequel je vais vous parler des proportions du visage, est la suite de mon article sur les proportions du corps humain.

Pourquoi il est importent de connaître les proportions du visage

Je trouve qu’il est important pour l’artiste de connaître les proportions du visage et les proportions du corps humain car ces connaissances peuvent servir de point d’appui pour le dessin d’un portrait. Bien sûr que tous les visages sont différents, et il y a énormément d’écart entre les proportions du visage classique et les proportions du visage réel du chaque personne.

Malgré cela je trouve quand même utile de vous parler des proportions du visage classique. Car si vous connaissez les proportions du visage classique, cela sera beaucoup plus facile pour vous de voir la différence entre les proportions du visage classique et proportions du visage de votre modèle. De cette manière vous pourriez capter facilement la ressemblance.

Donc commençons à parler des proportions du visage.

Proportions de la tête par rapport au corps humain.

Avec l’âge la tête grandie mais elle devient plus petite proportionnellement au corps humain. La tête de l’embryon de deux mois, fait la moitié de son corps. La tête d’un bébé fait 1/4 de son corps. La tête d’un enfant de 3 ans fait déjà 1/5 de son corps. La tête d’un enfant de 7 ans fait 1/6 de son corps. Alors que la tête d’un adolescent de 14 ans fait 1/7 de son corps.

En ce qui concerne la tête d’un adulte, la règle générale dit que les gens de petite taille ont la tête plus grande par rapport à leur corps que les gens de grande taille. Par exemple chez les personnes de la taille 170 cm la tête fait 1/7,5 de leurs corps. Chez les personnes de la taille 175 cm – 1/7,75 et pour la taille 180 la proportion de la tête est 1/8 du corps.

Proportions du visage. Premier schéma.

Si l’on sépare la taille verticale de la tête en 4 parties égales, la première partie sera la partie de la tête couverte par les cheveux, la deuxième partie sera la taille verticale du front, la troisième partie sera égale à la taille ou la longueur du nez et la quatrième partie sera la distance entre le nez et le bout inferieur du menton.

Proportions du visage.
Ce schéma illustre un exemple des proportions du visage où la partie du front, du nez et de la bouche avec le menton ont la même hauteur. Les lignes verticales montrent que la distance entre les angles intérieurs des yeux, la largeur des yeux, la distance entre les angles extérieurs des yeux et les lignes extérieures qui montrent les limites du visage ont approximativement la même taille ( largeur ). Sur ce schéma on voit le cas où la taille verticale de la lèvre inférieure avec le menton deux fois plus grande que la taille verticale de la lèvre supérieure.

Si l’on tire une ligne centrale verticale qui sépare le visage en deux parties, on verra que la partie gauche et la partie droite du visage ne seront pas absolument identiques. Le visage est asymétrique.

Cette asymétrie apparait dans la forme du nez, dans la position des yeux, mais plus souvent dans la position de la bouche.

Pour voir les proportions du visage on peut séparer aussi le visage en cinq parties verticales. ( Regardez le premier dessin.) Une de ces lignes passera par l’angle intérieur de l’œil et une autre passera par l’angle extérieur de l’œil. Entre les deux lignes verticales intérieures se trouve le nez. Donc on peut dire que la largeur du nez est égale à la distance entre les yeux.

La partie qui se trouve entre l’angle extérieur de l’œil et la ligne extérieure (la première et la sixième ligne ) est la partie latérale du visage. La taille horizontale de l’œil comme la distance deux yeux fait 1/8 environ de la taille verticale de la tête. La bouche se trouve approximativement entre la première et le deuxième tiers de la partie inférieure du visage (quatrième partie du visage).

Proportions du visage. Deuxième schéma.

Il existe encore un schéma des proportions du visage. Pour utiliser ces proportions du visage séparons le visage en trois parties. La partie du front, la partie du nez et la partie de la bouche et du menton ensemble.

Proportions du visage. Schéma 2.
Sur ce schéma des proportions du visage on peut voir que la ligne horizontale qui passe à travers les pupilles sépare la tête en deux parties. Le radius du cercle supérieur fait 1/3 de la taille verticale de la tête et le radius du cercle inférieur fait 1/4 de la taille verticale de la tête. Le cercle supérieur est unilisé pour construir la partie cérvicale de la tête. Le cercle inférieur est utilisé pour construir la partie faciale de la tête.

La ligne horizontale qui passe à travers les pupilles sépare la tête en deux parties approximativement égales.

Effectivement toutes les proportions du visage sont approximatives. En dessinant le portrait l’artiste trouve les caractéristiques personnalisées de chaque modèle et utilise les proportions du visage classique juste pour trouver la différence entre ses proportions et les proportions du visage de son modèle. Comment dessiner le portrait vous pouver le découvrir dans mon article “Comment dessiner un visage”.

Proportions du cou

Comme la taille du cou dans l’anatomie artistique on prend la distance entre le menton et la fosse jugulaire. La taille du cou d’un adulte fait ½ de la taille du visage avec le front. Le cou d’un bébé ne fait que 1/50 de la taille de son corps alors que le cou d’un adulte fait 1/151/16 de la taille de son corps. D’ici on peut tirer la conclusion que quand un enfant grandit son cou devient plus grand en soit mais aussi plus grand proportionnellement.

La circonférence du cou est égale à deux circonférences du poignet et la moitié de la circonférence de la taille au niveau de la ceinture. La forme du cou est cylindrique et s’agrandi légèrement vers le bas. 

Merci d’avoir lu cet article. Pour compléter les informations de cet article je vous propose de lire mes articles Les os du crâne. Les proportions du corps humain et L’anatomie artistique du torse humain qui font la partie de mes articles consacrés à l’anatomie artistique. 

Je serais très contente si vous me laissez le commentaire. Et n’hésitez pas de me poser des questions. Je suis toujours ravie de vous aider !

A bientôt ! 🙂  

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Anatomie artistique du corps humain.

Anatomie artistique du corps humain. Partie 1

Anatomie artistique du torse humain.

Il existe trois piliers qui nous aident à dessiner correctement le corps humain.

Premier pilier c’est l’anatomie plastique ou l’anatomie artistique.

Deuxième pilier ce sont des proportions et l’ordre du travail sur le dessin du corps humain.

Troisième pilier c’est la construction du corps humain et le mouvement.

Dans cet article je vais vous parler du premier pilier, de l’anatomie artistique ou l’anatomie plastique du torse. 

Pourquoi j’insiste sur le fait qu’il soit très souhaitable pour l’artiste peintre ou le sculpteur de connaitre l’anatomie artistique et savoir dessiner les nues ? Même si l’artiste n’envisage pas de dessiner des nus, mais uniquement des personnages habillés, pour comprendre comment fonction le corps qui se trouve sous les habits il faut connaitre la construction du corps humain. Pour dessiner le modèle habillé on doit le savoir dessiner déshabillé.

L’artiste doit toujours aller jusqu’au bout des choses. Quand on sait ce que l’on dessine, on sent la forme en volume, par exemple on comprend en regardant le visage de face quel sera son profil. L’artiste ne doit pas copier les contours de la forme, qu’il voit, mais dessiner la forme en volume, connaitre par cœur et sentir cette forme et ses volumes ! 

C’est pour cela qu’à l’époque de la Renaissance c’était les artistes qui pratiquaient des dissections et qui étudiaient parfois plus l’anatomie surtout l’anatomie artistique, même que les médecins. Vous connaissez bien sûr la fameuse anatomie de Léonard de Vinci. Ce grand artiste s’intéressait énormément à l’anatomie artistique et à l’anatomie générale du corps humain ainsi qu’à celle des animaux.

Léonrd de Vinci n’était pas le seul des artistes qui étudiaient profondément l’anatomie, avant et après Léonard de Vinci on trouve les études anatomiques dans l’héritage des Verrocchio, Michel-Ange, Raphaël, Rembrandt et chez encore beaucoup de grands artistes. Sans parler encore des artistes de la Grèce et de la Rome antique !

Donc nous parlerons, nous aussi, de l’anatomie artistique. Notamment dans cet article je veux vous parler de l’anatomie du torse humain qui vous aidera à dessiner correctement le corps humain.

Je n’insiste pas sur le faite qu’il faille absolument connaitre par cœur tous les os et les muscles, mais il est très utile de les visualiser pour se donner une image complète du corps humain.  

 Les principes généraux de la construction du squelette du torse humain dans l’anatomie artistique.

Dans cet article on parlera uniquement des muscles et des os qui se voient facilement sous la peau et qui sont importants pour comprendre la forme et les mouvements du torse.

La colonne vertébrale.    

La partie porteuse principale du torse est la colonne vertébrale. La colonne vertébrale se sépare en cinq parties :

1. Septe vertèbres cervicales

2. 12 vertèbres dorsales ou thoraciques

3. 5 vertèbres lombaires

4. 5 vertèbres soudées de sacrum

5. 4 vertèbres soudées de coccyx (rarement 5 vertèbres.)

La colonne vertébrale. Anatomie artistique
La colonne vertébrale. Vue de face et de côté droite.
1. vertèbres cervicales, 2. vertèbres dorsales, 3. vertèbres lombaires, 4. sacrum, 5. coccyx.

La partie cervicale se joint avec le crâne. La partie thoracique s’attachent les côtes qui forment le volume de la poitrine. La partie pelvienne (sacrum et coccyx) se jointe avec les os iliaque.

La colonne vertébrale n’est pas droite, elle est courbée et rassemble un peu à la forme de la lettre S. Les courbes de la partie cervicale et de la partie lombaire concaves en arrière s’appellent lordoses. Les courbes de la partie thoracique et de la partie pelvienne concaves en avant s’appellent cyphoses.

La colonne vertébrale fait 2/5 environ de la taille totale du corps humain. Chaque vertèbre a le corps vertébral, l’arc vertébral, l’apophyse épineuse qu’on peut palper facilement sous la peau, deux apophyses transverses et deux apophyses articulaires. Par exemple l’apophyse épineuse de la septième vertèbre cervicale C7 se voit très bien sous la peau et peut nous servir de pont d’appui pour le dessin de la ceinture scapulaire.  

Les apophyses épineuses nous permettent de voir la forme de la colonne vertébrale, car elles se voient clairement sous la peau. Les corps des vertèbres s’agrandissent progressivement du haut vers le bas, de la tête vers le sacrum. Seul Atlas, la première vertèbre n’a pas de corps, au lieu du corps il a l’arc ventral. Les vertèbres du sacrum sont soudées et forment l’os massif rétréci vers le bas. Le sacrum sert de support à la colonne vertébrale.

Quand vous étudiez et dessinez un modèle vivant faites attention à la ligne sur laquelle se trouvent les apophyses épineuses de la colonne vertébrale. Cela vous donnera de suite une base pour capter correctement la position du corps et son mouvement.

Anatomie artistique. Squelette de profil. Os du squelette du torse humain.
Squelette de profil.
1. Atlas, 2. axis (deuxième vertèbre cervicale)C2,
3. septième vertèbre cervicale C7, 4. scapula ou omoplate, 5. humérus, 6. Côte K10, 7. os iliaque, 8. sacrum, 9. coccyx, 10. os hyoïde, 11. clavicule, 12. sternum, 13. côtes, 14. crête iliaque, 15. grand trochanter, 16. fémur.

La ceinture scapulaire

La forme du squelette de la ceinture scapulaire se détermine par la construction et la position de trois os : la clavicule, la scapula (omoplate), le sternum et l’extrémité supérieure de l’humérus (tête humérale).

La forme de la clavicule rappelle la lettre S. Cette forme de la clavicule ressort bien et détermine la forme de la ceinture scapulaire. Le sternum a une forme allongée, sa partie supérieure se joint avec les clavicules, et au milieu – avec las côtes.

Anatomie artistique. Squelette de face. Os du squelette du torse humain.
Squelette du torse de face.
1. septième vertèbre cervicale , 2. clavicule, 3. acromion de la scapula 4. processus coracoïde de la scapula 5. humérus, 6. côtes, 7. crête iliaque, 8. grand trochanter, 9. manubrium du sternum, 10. deuxièm côte K2 , 11. corps du sternum, 12. processus xiphoïde du sternum, 13. douzième côte K12,
14. quatorzième vertèbre (L4), 15. sacrum, 16. fémur.

La scapula est l’os plat qui se trouve derrière de la cage thoracique. La scapula ou l’omoplate a la forme de triangle. Dans sa partie supérieure se trouve l’épine et son acromion. L’acromion s’articule avec la clavicule. Cette épine horizontale se voit facilement de côté du dos. Sur la partie extérieure de l’omoplate se trouve la cavité glénoïde qui, avec la tête humérale forme l’articulation scapulo-humérale.

La cage thoracique ou thorax est composée des 12 vertèbres thoraciques, du sternum et 12 paires de côtes.

Le sternum est composé du corps du sternum, du manubrium et du processus xiphoïde. Entre le manubrium et le corps du sternum se trouve l’angle sternal. Parfois l’angle sternal ressort fortement, parfois il est assez lisse. A l’endroit ou le manubrium s’articule avec le corps du sternum se trouve la deuxième côte qu’on peut palper facilement sous la peau. Sur le bord supérieur du sternum se trouve l’incisure jugulaire. L’incisure jugulaire avec les muscles sterno-cléido-mastoïdiens la fosse jugulaire. On peut la voir clairement sous la peau. Chaque côte est composée de l’os recourbé plat et du cartilage.

La position de la fosse jugulaire est très importante pour nous. Car c’est la fosse jugulaire nous aidera à trouver le centre de gravité ( centre de masse ) du corps pour positionner correctement notre modèle dans l’espace. 

Les côtes.

Les sept côtes qui s’articulent avec la colonne vertébrale et avec le sternum s’appellent les vraies côtes. Les cinq côtes qui s’articulent uniquement avec la colonne vertébrale s’appellent les fausses côtes.

Les trois des fausses côtes (K8,9,10) s’attachent avec leurs cartilages aux côtes supérieures. 11 et 12 côtes s’articule uniquement à la colonne vertébrale et s’appellent les côtes flottantes. La cage thoracique a la forme d’un tonneau, légèrement aplatie, parfois plutôt cylindrique, parfois plus conique.

Anatomie artistique. Squelette du torse de dos. Os du squelette du torse humain.
Squelette du torse de dos.
1. Atlas, 2. septième vertèbre cervicale, 3. épine de la scapula, 4. humérus, 5. côte K12, 6. crête iliaque, 7. grand trochanter, 8. axis ( deuxième vertèbre cervicale), 9. côte K1, 10. côte K8, 11, côte K11, 12. sacrum, 13. coccyx, 14. tubérosité ischiatique, 15. fémur.

La forme de la cage thoracique peut être différente chez les différentes personnes. Elle peut être relativement courte et large ou longue et étroite. La forme de la cage thoracique dépend aussi de l’âge. Chez les bébés elle peut rassembler au cône tronqué et sa taille sagittale peut être égale à sa taille transversale.

Les muscles du torse dans l’anatomie artistique.

Maintenant nous parleront en peu des muscles du torse humain dans l’anatomie artistique. Les muscles avec les os font le volume et la forme du torse. Le contour et la forme des muscles ne sont pas constants. Avec les mouvements les muscles changent un peu leurs formes. Il y a les muscles qui deviennent plus courts et larges et en même temps plus volumétriques. Les autres muscles en se dilatant ou se décontractant perdent la clarté de leurs contours et s’aperçoivent moins bien.

Les muscles de la cage thoracique dans l’anatomie artistique

Anatomie artistique. Muscles du torse humain de face
Muscles du torse humain de face
1. muscle biceps brachial, 2. triceps brachial, 3. muscle coracobrachial, 4. muscle grand rond, 5. muscle grand dorsal, 6. muscle grand pectoral, 7. muscle grand dentelé, 8. muscle oblique externe, 9. muscle droit de l’abdomen, 10. ligne blanche, 11. muscle pyramidal de l’abdomen , 12. muscle moyen glutéal ou muscle moyen fessier, 13. muscle tenseur du fascia lata, 14. muscle sterno-cléido-mastoïdien, 15. muscle trapèze, 16. deltoïde, 17. sillon deltoïde-thoracique, 18. ligament inguinal, 19. muscle couturier ou muscle sartorius, 20. muscle pectiné, 21. muscle long addicteur.

Donc sur la surface de la cage thoracique se trouve le muscle grand pectoral. Ce muscle large et puissant est très important pour la plastique de la ceinture scapulaire. C’est un muscle triangulaire qui prend le début de la moitié antérieure de la clavicule, du sternum, des 5 côtes (2-6) et de l’aponévrose du muscle grand droit. Il se termine à l’humérus ou plutôt sur la crête qui descend vers le bas de la tête de l’humérus.

En ce qui concerne les fibres de ce muscle, les fibres claviculaires vont vers le bas et l’extérieur, les fibres sternales vont en horizontal vers l’extérieur et les fibres abdominales vont vers le haut et l’extérieur. Le muscle grand pectoral contribue à l’adduction et à la rotation de l’humérus. On peut voit très facilement le muscle grand pectoral sous la peau, donc il est très important pour les artistes qui veulent dessiner les nus.

Sous le muscle grand pectoral se trouve le muscle petit pectoral qui prend le début des côtes 2, 3, 4, 5, et se termine au processus coracoïde de scapula. Quand on regarde le corps humain, on ne peut pas voir ce muscle. Mais on l’étudie car sa fonction est de bouger la scapula en avant et vers le bas. Et on peut voir le muscle grand pectoral se soulever quand le petit pectoral se contacte.

Sur la surface latérale du thorax au niveau de l’aisselle se trouve le muscle grand dentelé. Ce muscle bouge le scapula en avant. Ce muscle on peut bien le voir quand le bras est levé.

Muscles du torse humain de profil dans l'anatomie artistique
Muscles du torse humain de profil
1. muscle trapèze, 2. deltoïde, 3. triceps brachial, 4. muscle brachial, 5. biceps brachial, 6. muscle grand dentelé, 7. muscle grand dorsal, 8. triangle lombaire, 9. muscle moyen glutéal, 10. muscle grand fessier, 11. muscle omo-hyoïdien, 12. muscle sterno-cléido-mastoïdien, 13. muscle sterno-hyoïdien, 14. muscle grand pectoral, 15. muscle oblique externe, 16. muscle droit de l’abdomen, 17.aponévrose, 18. muscle couturier ou muscle sartorius, 19. muscle tenseur du fascia lata.

Les muscles du ventre

Maintenant regardons les muscles du ventre dans l’anatomie artistique. Les plus grands muscles du ventre sont le muscle droit de l’abdomen et le muscle transverse d’abdomen.

Le muscle droit de l’abdomen est un muscle pair. Les deux parties du muscle sont séparées par la ligne tendineuse verticale et quatre lignes tendineuses horizontales. On peut voir facilement ce muscle avec ces lignes tendineuses sous la peau. Le muscle droit de l’abdomen descend avec l’expiration le thorax et plie la colonne vertébrale.

Sur la ligne tendineuse (ligne blanche) se trouve le nombril qui en même temps de trouve d’habitude au niveau de la quatrième côte lombaire. En bas à la ligne blanche s’attache le muscle pyramidal, il se termine sur le pubis. La ligne blanche du ventre est formée par toutes les aponévroses de tous les muscles de la paroi abdominale antérieure.

De chaque côté du muscle droit de l’abdomen se trouve le muscle oblique externe de l’abdomen. Au-dessous de ce muscle se trouve le muscle oblique interne et le muscle transversal.

On s’arrêtera uniquement sur le muscle oblique externe car c’est le seul des muscles qui se voit facilement sous la peau. Le muscle oblique externe a son origine à la surface latérale du thorax. Notamment des 8 côtes inférieures de la cage thoracique. Les fibres musculaires se dirigent vers le bas et à l’intérieur et la plupart des fibres se terminent en passant à l’aponévrose qui forme à son tour la ligne blanche. Le bout inférieur de cette aponévrose forme le ligament inguinal.  Pour les caractéristiques plastiques de la surface latérale du thorax il est important que ce muscle avec ses 5 insertions (fibres) charnues supérieures commence entre les insertions charnues (dentelures) du muscle dentelé antérieur et avec ses 3 insertions (fibres) charnues inférieures il commence entre les insertions charnues du muscle grand dorsal.

L’importance de ce muscle pour l’anatomie plastique du torse est énorme. On peut voir sous la peau la direction de ces fibres et l’endroit où ils passent à l’aponévrose. Dans l’endroit où il se fixe sur la crête iliaque le muscle oblique externe forme le rebord et dépasse un peu la crête iliaque donc dans cet endroit on peut voirla rainure qui passe au-dessous de la crête iliaque.  

La paroi abdominale postérieure est  formée par le muscle grand dorsal, le muscle grand rond, le muscle long dorsal et le muscle sousscapulaire.

Les muscles du dos dans l’anatomie artistique

Anatomie artistique. Muscles du dos du tors humain
Muscles du dos du tors humain.
1. muscle sterno-cléido-mastoïdien, 2. muscle trapèze, 3. deltoïde, 4. muscle infra-épineux, 5. muscle grand rond, 6. muscle rhomboïde, 7. muscle grand dorsal, 8. muscle oblique externe, 9. muscle moyen glutéal, 10. muscle tenseur du fascia lata, 11. muscle grand fessier, 12. muscle petit rond.

Parlerons maintenant des muscles du dos dans l’anatomie artistique. Les muscles les plus importants pour nous, c’est-à-dire des muscles qui se voient facilement sous la peau et qui font la forme du dos sont :

Le muscle trapèze. Les deux parties de ce muscle, la partie gauche et la partie droite, ensemble à la forme du trapèze. Le muscle trapèze a l’origine de l’os occipitale du crâne et des apophyses épineuses vertèbres cervicales. Les fibres supérieures du muscle trapèze se dirigent vers le bas et à l’extérieure où ils se terminent sur le bord postérieur de la clavicule. Les fibres de la partie centrale du muscle trapèze se placent horizontalement et se terminent sur l’extrémité de l’épine du scapula et sur l’acromion. Ces fibres de la partie inferieure vont vers le haut et en dehors et se terminent sur l’épine du scapula. L’action de ce muscle est assez complexe.

La partie supérieure haussée de la ceinture scapulaire, la partie centrale rapproche la scapula de la colonne vertébrale, la partie inférieure abaisse la ceinture scapulaire. Toutes les fibres du muscle trapèze participent à l’extension de la tête et de la partie cervicale et la partie dorsale de la colonne vertébrale.

Le muscle grand dorsal. Ce muscle commence des apophyses épineuses de 5 vertèbres inférieures de la partie dorsale de la colonne vertébrale, du sacrum et de la partie arrière de la crête iliaque et de 4 côtes inférieures. Ses fibres sortent au-dessous du muscle trapèze et se dirigent horizontalement en dehors. Ces fibres couvrent l’angle inférieur du scapula. Les fibres de la partie moyenne du muscle se dirigent vers le haut et en dehors. Les fibres de la partie inférieure se dirigent vers le haut et juste un peu en dehors.

Le muscle grand dorsal se termine sur le tubercule mineur de l’humérus. Son action est la rotation interne, extension et addiction du bras. A travers l’humérus le grand muscle dorsal bouge la ceinture scapulaire vers le bas et en arrière. Le muscle grand dorsal est très importent dans la structure plastique du corps. On peut voir clairement ce muscle au moment où le modèle lève et baisse le bras le long de son corps.

Le muscle trapèze et le muscle grand dorsal sont deux muscles superficiels du dos. Au-dessous du muscle trapèze se trouve le muscle rhomboïde qui commence au niveau des apophyses épineuses de deux vertèbres cervicales inférieures et des apophyses épineuses de 4 vertèbres inférieures de la partie dorsale. Ce muscle rapproche la scapula de la colonne vertébrale. On parle de ce muscle uniquement parce que grâce à lui le muscle trapèze devient plus volumique entre le scapula et la colonne vertébrale.

Le muscle longe dorsal. Ce grand muscle a une structure complexe. Il monte tout le long de la colonne vertébrale jusqu’au crâne. Il prend son origine sur le sacrum, la crête iliaque et de l’aponévrose. Il se subdivise en trois parties – les trois muscles qui ont ses endroits d’origine et de terminaison sur la colonne vertébrale. Le muscle longe dorsal se trouve au-dessous du muscle trapèze et du muscle rhomboïde du dos mais il est très importent pour comprendre les mouvements du corps, car il est contribué à déplier le corps et l’incliner latéralement.

Dans la partie lombaire du corps ce muscle se trouve sur la surface, juste au-dessous du muscle grand dorsal. Dans cette partie on peut déterminer la position du muscle longe dorsal car sa forme se voit facilement même sous le muscle grand dorsal.

Pour terminer notre étude de l’anatomie du torse nous parlerons un peu des muscles du scapula.

Les muscles du scapula dans l’anatomie artistique

Sur la surface de scapula se trouvent plusieurs muscles qui font sa forme. Les plus importants pour nous sont le muscle supra-épineux, le muscle infra-épineux, le muscle grand rond et la muscle petit rond.

Le muscle infra-épineux occupe la majeure partie de la fosse infra-épineuse (au-dessous de l’épine de scapula) où il commence, ainsi que de son aponévrose et il se termine sur le tubercule majore d’humérus.  Son action est de tourner l’humérus en dehors.

Le muscle petit rond commence au bord latéral du scapula et se termine sur le tubercule majore d’humérus. Ce muscle contribue à tourner l’humérus en dehors, comme le muscle infra-épineux.

Le muscle grand rond se voit clairement sous la peau. Il commence de l’angle inférieure de la surface antérieure du scapula, il se dirige vers le haut et en dehors et se termine sur le tubercule mineur ( pour être plus précis, sur la crête tubercule mineur) de l’humérus. Son action est la rotation interne et addiction de l’humérus.

Le muscle supra-épineux se trouveau-dessus de l’épine du scapula, mais il n’a pas de grande importance pour nous car il n’influence pas la forme du scapula.   

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a été utile.

Dans les prochains articles nous continuerons d’étudier l’anatomie artistique et passerons de la théorie à la pratique – nous commencerons par appliquer nos connaissances d’anatomie artistique pour dessiner le corps humain.

Je vous conseille également de lire mon article Les os du crâne  qui est déstiné à vous aider à dessiner la portrait . 

Et bien sûr je serai très contente si vous me laissez un commentaire. Et n’hésitez pas à me poser des questions ! Je suis toujours ravie de vous aider !  

A bientôt 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Les proportions du corps humain

Dans cet article je vais vous parler des proportions du corps humain et du visage.

La doctrine qui parle des proportions du corps humain fait un chapitre spécial dans l’anatomie plastique ou l’anatomie artistique. Depuis des siècles les artistes cherchaient des proportions idéales du corps humain. Pendant ces recherches les artistes ont développé beaucoup de canons, des règles de construction du corps humain. Il existe environs 100 canons de proportions du corps humain. Mais même cette grande quantité de canons nous dit que s’il existe autant de canons ils ne peuvent avoir qu’une valeur indicative pour l’artiste.

Réellement on peut observer beaucoup de déviations des canons classiques. A la base de chaque canon est le module, c’est-à-dire une unité de mesure pour qui on prend une partie du corps humain.

Les modules pour mesurer les proportions du corps humain

En tant que module il était utilisé les parties du corps humain suivantes : La taille de la tête, la taille de la partie crânienne de la tête, la taille du doigt majeur ( médius ), le taille de la main, la longueur de la colonne vertébrale etc. Tous les canons sont le résultat des recherches des proportions du corps humain qui correspondent le plus au consente esthétique du corps humain harmonieusement développée. Cependant ses notions sont assez conditionnelles et variables.

Donc dans l’art classique le canon des proportions du corps humain ne peut servir que pour l’orientation approximative et en tant que les données moyennes qui doivent être ajustées au cas par cas.

Dans l’antiquité si les artistes voulaient transmettre la grâce, ils rendaient le cou et les membres plus longs et fins et au contraire s’ils voulaient montrer la force brute ils rendaient les membres, le cou, les épaules, la tête, plus larges et massifs. Ainsi donc les proportions des sculptures antiques ne reproduisent pas les vraies proportions du corps humain. Observez ces sculptures.

Dans ces sculptures on voit une idéalisation et une typification des formes réelles du corps humain. Ce n’est pas pour rien que l’on considère ces sculptures comme une synthèse des observations du corps humain.

Les proportions du corps humain dépendent de nombreux facteurs . Au premier lieu, l’âge et le sexe. Il est d’usage de distinguer trois formes basiques de la constitution ( morphologie ) humaine : Le corps long et étroit, large et court et le type entre deux premiers. Ces trois types de morphologies portent les noms : Dolichomorphe, Brahimorphe et Mésomorphe.

Les trois types de constitutions du corps humain

La constitution Dolichomorphe se caractérise par des épaules et un  bassin assez étroits, et des membres longes.

La constitution Brahimorphe se distingue par le corps assez large et long et les membres courts.

Et enfin la constitution Mésomorphe est intermédiaire entre deux constitutions précédentes.

Dans cette liste on peut voir la longueur moyenne des membres d’un homme par rapport à la longueur totale du corps en pourcentage.

Les proportions des constitutions différentes du corps humain Longueur du torse Largeur des épaules Largeur du bassin Longueur de la jambe Longueur du bras
Dolichomorphe 29,5 21,5 16,0 55,0 46,5
Brahimorphe 31,0 23,0 16,5 53,0 44,5
Mésomorphe 33,5 24,5 17,5 51,0 42,5

Les proportions du corps féminin sont différentes par rapport aux proportions masculines. La différence principale est que le bassin féminin est plus large proportionnellement que celui d’un homme et les épaules sont plus étroites proportionnellement que les épaules d’un homme.

Dans l’anatomie plastique il est d’usage de prendre comme la taille d’un homme 168 – 180 cm. Pour une femme 12 cm moins.

Maintenant passons aux proportions du corps humain…

La tête fait 1/7- 1/8 de la taille totale du corps humain.

La longueur de la main fait 1/10 de la taille totale du corps humain.

La taille de la partie crânienne de la tête fait aussi 1/10 de la taille totale du corps humain.

Dans l’anatomie plastique le corps humain se sépare en deux parties, la partie haute et la partie basse, le centre du corps se trouve au niveau du pubis.

Les proportions du corps humain. De face.

Proportions du corps humain. De face.
Dans ce dessin la partie crânienne de la tête était prise pour module

De face la partie haute se sépare en cinq parties.

1. Du point le plus haut de la tête ( suture sagittale ) jusqu’à la base du nez.

2. De la base du nez jusqu’au bord supérieur du sternum.

3. Du bord supérieur du sternum jusqu’au bord inferieur du sternum.

4. Du bord inferieur du sternum jusqu’au nombril.

5. Du nombril jusqu’au pubis.

Chacun de ces segments fait 1/4 environ de la colonne vertébrale. La taille de chaque segment est égale approximativement aussi à la taille du visage, la taille de la partie crânienne de la tête et la taille de la main.

La partie basse du corps humain peut être séparée en deux parties. La ligne centrale entre deux parties passe au niveau de l’articulation du genou. La partie supérieure de la partie basse du corps est égale à la longueur de la hanche et aussi fait 1/4 de la taille totale du corps humain

Le quart inferieur du corps est égal à la taille du tibia avec la hauteur de pied. La hauteur du pied est égale approximativement à la taille du nez et la largueur du pied est égale à la taille de l’avant-bras. La taille du pied entre la cheville et le grand orteil est égale à la longueur de la main. La longueur de la main est égale à la taille du visage et 1/4 de la taille de la colonne vertébrale.  

Les proportions du corps humain. Le dos.   

Proportions du corps humain. Le dos.
Dans ce dessin comme dans le dessin précédent la partie crânienne de la tête était prise pour module. Vous pouvez prendre également comme module la tête en entier comme dans l’explication suivant….

Du côté du dos la partie haute (supérieure) du corps humain est plus longue que celle du côté poitrine. On peut partager cette partie en quatre segments, mais cette fois-ci on prend comme module la taille de la tête en entier, alors que pour la partie haute du côté de la poitrine on prend comme module la taille de la partie crânienne de la tête. Donc les parties :

1. La première partie la taille de la tête même où, comme de côté du dos on ne voit pas de visage et notamment le menton pour déterminer exactement où le point inferieur de la tête se trouve on peut dire que la première partie se termine au milieu du bord supérieur du muscle trapèze.

2. La deuxième partie commence au début au bord supérieure du muscle trapèze et se termine au niveau de l’angle inferieur de l’omoplate qui à son tour se trouve au niveau du processus épineux de la septième vertèbre thoracique.

3. La troisième partie commence au niveau de l’angle inferieur de l’omoplate et se termine au bord supérieur du fessier.

4. La quatrième partie commence au bord supérieur du fessier et se termine au bord inferieur du fessier.

Si la partie haute du corps humain (si l’on regarde de côté du dos) est égale de la taille de quatre têtes, la partie basse est plus petite. Elle est égale à 3 ¼ – 3 ¾ de la taille de la tête. Donc la taille du corps humain fait un peu moins que 8 tailles de la tête.

La hauteur totale du corps humain est égale approximativement à la largeur des bras tendus.

Les proportions du corps humain. L’homme de Vitruve.

Le soi-disant « Carré des Anciens » se représente l’image d’un homme avec les bras tendus inséré dans un carré.

Proportions du corps humain. Carré des Anciens

Le corps humain avec les bras soulevés et tendus et les jambes écartées peut être inséré dans le cercle. Dans le centre de ce cercle se trouve le nombril. La distance entre le nombril et les doigts des mains et des orteils fait le radius du cercle. 

Les proportions du corps humain. Cercle.

Ce qui représente le fameux dessin de Léonard de Vinci « L’Homme de Vitruve » .  

Les proportions du corps humain. l'homme de vitruve.

Les proportions transversales du corps humain.

En ce qui consterne des dimensions transversales du corps humain, dans l’anatomie plastique on trouve les données suivantes :

La taille de ta tête ( hauteur ) s’empile deux fois dans la largeur des épaule d’un homme. La distance entre les tétons est égale approximativement à la hauteur de la tête. La distance entre les grands trochanters fait un et demi de la taille verticale de la tête. La même distance dans le corps d’une femme est égale à 1et1/3 de la taille verticale de la tête.

Dans le corps d’un homme de la constitution Mésomorphe la largeur des épaules fait 23% par rapport à la taille verticale totale du corps. La largeur du bassin fait 16,5% par rapport à la taille verticale totale du corps. Pour les femmes de même constitution la largeur des épaules fait 21,8% et la largeur du bassin 17,8% de la taille totale du corps. La largeur totale de la cage thoracique est égale approximativement à un et demi de la taille verticale de la tête.

Les proportions des membres.

Quand le bras est baissé, le doigt majeur de la main va jusqu’au milieu de la hanche ou un peu plus bas. Si le bras est levé, le coude se trouve au niveau du point supérieur de la tête. La taille du bras, si on compte à partir de l’aisselle jusqu’au doigt majeur de la main, fait la taille verticale de trois têtes ou la taille de la colonne vertébrale. La taille de la main fait environ ¼ de la taille totale du bras si on compte à partir du processus coracoïde de l’omoplate.

Le bras est plus long que l’avant-bras. La longueur de l’avant-bras est égale à la longueur du pied. La largeur de la main est égale approximativement à la taille du doigt majeur de la main. La taille du doigt majeur fait environ la moitié de la taille de la main.

La taille de l’avant-bras est égale à la distance entre le téton et le nombril. La taille de la main est égale à la distance entre le nombril et le milieu du ligament inguinal. La longueur du tibia aussi fait la distance entre le téton et le milieu du ligament inguinal. Alors que la taille de la hanche fait la distance entre le téton et le milieu du ligament inguinal opposé.

La taille de la hanche fait ¼ de la taille totale du corps humain et est égale à la taille du tibia avec la hauteur de pied.

La longueur de la clavicule est égale à la hauteur de l’omoplate et en même temps égale à la distance entre les deux omoplates.

Si l’on prend la circonférence du poignet et qu’on la multiplie par deux, on obtient la circonférence approximative du cou. La circonférence du poing est égale à la longueur du pied.

Les proportions du visage

Approximativement on peut partager le visage en trois parties : le front, le nez et les lèvres avec le menton.

La partie de la tête visible de face qui se trouve sous les cheveux peut être assez différente, mais si on considère cette partie égale à la taille du front ou la taille du nez, alors les pupilles des yeux vont partager le visage en deux parties égales : la partie supérieure et la partie inférieure du visage. La partie basse du visage peut être séparée à son tour en deux parties. Pour la frontière entre ces parties on peut prendre la bouche.

La ligne verticale auxiliaire sépare le visage en deux parties aussi. On peut voir qu’il n’y a pas de symétrie entre ces deux parties. On peut toujours voir la petite différence de la position des ailes du nez, des sourcils, et des coins de la bouche.

Approximativement on peut considérer la largeur du nez au niveau de ses ailes égale à la distance entre les coins intérieurs des yeux et la largeur de l’œil.

Sur les proportions du visage vous pouvez également consulter mon article “Proportions du visage” où je décris ce théme plus profondément.

Pour completer et approfondir ces informations je vous invite à lire mon article ” Les os du crâne”.

Et aussi mes articles “Comment dessiner un visage” et “Comment dessiner des yeux “ qui vous aiderons à mettre en pratique les connaissances que vous avez acquises.

Effectivement toutes ces données ne sont pas ni absolues, ni 100% exactes. Ce n’est qu’un schéma approximatif. En réalité on voit toujours les variances. Quand vous dessinez vous pouvez vous appuyez sur ces proportions, mais pour capter le caractère, la ressemblance, la personnalité de votre modèle il faut toujours mesurer les proportions réelles, typiques pour votre modèle. Pour cela je vous conseille d’utiliser la méthode de comparaison qui est décrite dans mon article « Comment dessiner correctement ».

Les proportions du corps humain dépendent beaucoup de l’âge. Par exemple la tête d’un bébé fait ¼ de son corps. La tête d’un enfant de cinq ans fait 1/6 de son corps. La tête d’un enfant de 15 ans – 1/7 de son corps. La tête d’un adulte – 1/7 – 1/8 de son corps.  

A la fin de cet article je veux vous rappeler que toutes ces proportions « idéales » ne portent que sur une information indicative. Bien sûr que l’artiste doit connaitre ces canons de proportions. Les connaitre pour en dessinant capter mieux la différence que l’on voit dans la nature des proportions « idéales ». C’est cela qui fait la ressemblance.  La meilleure chose que je peux vous conseiller en tant qu’exercice, c’est de dessiner d’après nature (faute de nature, d’après une photo, mais il est toujours préférable de travailler d’après nature. La nature est le meilleur des professeurs ! )  et d’analyser ce qui est différent dans votre modèle des proportions idéales. Comme cela vous apprendrez vite à capter la ressemblance et le caractère de votre modèle.    

Merci d’avoir lu cet article ! Je serai très contente si vous me laissez un commentaire. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser !

Je suis toujours heureuse de vous aider !

A bientôt ! 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Comment peindre la mer en aquarelle

Dans cet article nous allons voir comment peindre la mer en aquarelle.

D’habitude je commence mes articles par la théorie mais aujourd’hui nous passerons directement à la pratique. Je vais peindre la mer devant vous d’après nature en plein-air.

Je vais vous montrer partie par partie comment peindre la mer en aquarelle et après cela vous pourrez regarder une vidéo qui vient de ma chaine YouTube. Comment peindre la mer en aquarelle.

Comment preparer une feuille de papier pour peindre la mer.

Commençons par préparer notre feuille de papier pour peindre la mer. Après avoir collé une feuille de papier sur une planchette à dessiner je vous conseille de dégraisser cette feuille avec de l’eau. Vous pouvez appliquer de l’eau à l’aide d’une éponge de mer ou d’un gros pinceau en poil d’écureuil (petit-gris).

Première couche de peinture

Pourquoi est-ce que je vous conseille de passer de l’eau sur une feuille avant de commencer à peindre à l’aquarelle ? Quand on touche une feuille de papier on laisse inévitablement un peu de gras sur notre feuille. Si l’on ne dégraisse pas la feuille, lorsque l’on est en train de peindre on risque d’avoir les endroits où les couleurs ne se mettent très bien sur la feuille et comme cela on risque d’abimer notre peinture. Pour mettre l’eau sur une feuille j’utilise toujours le pinceau écureuil ou l’éponge de mer comme ils sont très doux et n’abîment pas la surface du papier aquarelle.

Par quoi commencer peindre la mer

Au début vous avez le choix. Vous pouvez tout simplement dégraisser votre feuille, et attendre pour que votre feuille sèche complètement et ensuite commencer à peindre sur la surface complétement sèche ou bien rajouter dans l’eau un tout petit peu de couleur de base ( comme cadmium jaune, par exemple) et commencer à peindre directement sur le papier humide.

Peindre sur le papier humide ou sec ?

Dans l’aquarelle il y a une règle. On peut peindre sur le papier sec ou humide, mais on ne doit pas travailler sur le papier demi-sec. Si vous peignez sur une feuille de papier demi-sec vous risquez que la couleur que vous mettez par-dessus déchire une couche de peinture inferieure. ( Il y a les cas exceptionnelles où vous pouvez utiliser exprès cet effet de déchirure pour peindre l’écume sur les vagues par exemple. Mais on parlera de cette technique plus tard. 🙂 .

Si vous métrisez déjà bien la technique d’aquarelle vous pouvez contourner un peu cette règle en travaillant avec des pinceaux presque secs, mais cela ne marche pas toujours. Donc au début il vaut mieux tout simplement suivre cette règle.

Dans cette aquarelle j’ai choisi la deuxième variante pour peindre la mer.

J’ai mis la première couche de peinture en rajoutant un peu de cadmium jaune. Comme j’ai travaillé en plein-air au bord de la mer où l’air est très humide la peinture met assez longtemps pour sécher, donc j’ai choisi de travailler sur du papier humide. Par contre j’ai laissé non couvert les endroits où il y avait les reflets forts du soleil. Pourquoi l’ai-je fait on verra plus tard.

Première couche d'aquarelle

Normalement je couvre toute la surface de la feuille de papier avec un peu de couleur, y compris les taches de lumière, car même les taches de lumière très claires ont sa couleur. Dans la nature il n’existe pas la couleur purement blanche et noir, elles sont toujours composées des autres couleurs.

Par quoi commencer à peindre la mer

Sur le papier humide je rajoute les autres couleurs qui se fondent et se mélanges facilement sur la couche de peinture humide. Je trace de suite les nuages et la couleur du ciel plus foncée en haut qui s’éclaircie et devient plus chaude en descendant vers la ligne d’horizon. Pour marquer les parties claires des nuages, je les essuie avec un pinceau bien égoutté.

Comment peindre le ciel dans un paysage
Comment peindre le ciel

Après je rends les ombres des nuages plus foncées. Faites attention je change toujours les couleurs. La couleur des nuages est différente de celle du ciel de la mer, même si c’est toujours la couleur bleue.

Comment peindre le ciel avec les nuages

Ensuite je trace la ligne d’horizon et commence peindre la mer. Faites attention je travaille toujours sur une feuille de papier humide.

Comment commencer à peindre la mer

Si vous avez choisi de travailler sur une feuille de papier humide mais durant votre travail la couche de peinture sèche trop vite. Je vous conseille donc de la laisser sécher complètement, ensuite de mettre encore une couche d’eau sur votre feuille et enfin après cela continuer à travailler.

Il y a encore une règle à appliquer quand vous travaillez sur un paysage. Commencez toujours par peindre par le ciel et évitez de peindre le ciel après la terre pour ne pas emmener les couleurs de la terre dans le ciel. Les couleurs du ciel doivent rester très claires et très propres. (Cette règle touche plutôt des paysages avec la terre, quand on peint la mer on peut emmener dans le ciel les couleurs de la mer mais il faut quand même surveiller à ce que les couleurs restent propres.)

Donc on continue à peindre la mer en aquarelle.

Regardons quels mélanges de couleurs on peut utiliser pour peindre la mer.

Peindre les reflet sur la mer

La mer, même si elle nous parait bleue n’a pas qu’une seule couleur. Dans la mer on voit toujours beaucoup de nuances de bleu. Je précise dans la peinture que je suis en train de réaliser. En fait la mer peut être grise ( le gris comme couleur n’existe pas non plus, il est toujours composé d’autres couleurs. ), verte, ocre etc. Dons revenons à notre peinture.

Peindre la mer avec ses reflets

Je commence à peindre la mer avec un mélange de bleu outremer et bleu de cobalt et puis je continue vers le bas avec le bleu de cobalt et le bleu de céruléum et un peu d’ocre jaune.

Comment peindre la mer en aquarelle première couche

Ensuite je continue avec un mélange de bleu outremer, d’alizarine cramoisie et de violet d’outremer. Dans les endroits où il y a les reflets de soleil et où j’ai gardé le papier vierge je passe avec le pinceau bien égoutté mais avec juste un peu de couleur, ce qui ne me permet pas de couvrir complétement la surface blanche de papier, mais je juste laisse un peu de couleur sur les grainages inférieures du papier aquarelle torchon. Cela donne l’effet de brillance des reflets du soleil sur l’eau.

Comment peindre la mer. la première couche

Maintenant je commence à mélanger les couleurs pour le sable. Je mélange l’ocre avec un peu de violet d’outremer.

Peindre la mer. Les ombres
Peindre la mer
La mer avec ses reflets

Un conseil….

Evitez de mélanger trop de couleurs pour trouver le teint de l’endroit que vous peignez. Ne mélangez pas plus que trois, rarement quatre couleurs. Sinon votre mélange risque de perdre de sa pureté. En plus, il faut toujours prendre en considération que les couleurs d’aquarelle sont transparentes et quand vous peignez avec les glacis à travers la couche supérieure vous pouvez voir la couche inférieure.

Donc si vous travaillez par-dessus une couche où il y avait déjà un mélange de quelques couleurs essayez de travailler avec les couleurs pures au maximum avec le minimum de mélanges. Si non vous risquez d’obtenir au final une couleur boueuse.

Un exercice simple de mélange des couleurs que vous pourrez trouver dans mon article “Mélange de couleurs à l’aquarelle. Exercices.”

Comment commencer à peindre la mer
Comment peindre la mer. On rajoute la deuxième couche de peinture
Comment peindre la mer

Donc après avoir fini la première couche de peinture je mets la deuxième couche sur la mer. Cette fois-ci je ne couvre pas complétement toute la surface de la mer, mais je laisse les endroits plus clairs non couverts.

comment peindre l'écume

Pour faire l’écume sur la vague au premier plan je passe avec le pinceau bien humide et ensuite sur le même endroit avec le pinceau très bien égoutté.

L'écume sur la vague

Comme cela j’enlève une couche de couleur dans cet endroit et tant que la feuille de papier reste humide dans cet endroit je rajoute de la couleur violet-ocre dans l’ombre de l’écume ( l’écume, malgré qu’elle nous paraisse blanche à sa forme, comme n’importe quel objet, donc comme tous les objets elle a son ombre, pénombre, son reflet et sa lumière.)

Peindre les vagues en aquarelle
Peindre le sable
On continue à peindre le sable

Après cela je mets quelques taches foncées sur le sable qui représentent le jeté de la mer.  Après je reviens vers la mer pour la rendre plus foncée. Comme cela les reflets brillants du soleil seront encore plus clairs et visibles. Il n’y a pas de lumière sans ombre. Si vous voulez rendre la lumière claire, faites l’ombre plus foncée. On voit tout en comparaison.

Ensuite je détaille le sable avec les ombres bleu outremer – ocre- alizarine cramoisie. Après cela je mets encore une couche de peinture sur le ciel pour le rendre plus foncé et faire ressortir les contours clairs des nuages.

Dès que j’ai fini de peindre la mer, le ciel et la terre je mets les petits bateaux. Et je continue à détailler la mer avec la couleur très pure (car je travaille déjà par- dessus les deux couches de peinture.)

Maintenant il ne me reste qu’à affiner le premier plan et enlever encore en peu la couche de peinture autour des bateaux pour souligner encore plus la différence de tonalité entre le reflet éblouissant du soleil sur l’eau et le bateau qui se trouve en contre-jour et sur le font du reflet brillant de soleil qui parait presque noir. 

Comment peindre la mer en aquarelle

Merci d’avoir lu cet article. A la fin je vous propose de regarder une vidéo “Comment peindre la mer en aquarelle” qui montre le travail sur cette aquarelle étape par étape. Cette vidéo vient de ma chaîne Youtube. J’envisage de publier réguliérement sur cette chaîne des tutos et des vidéos avec les astuces et les exercices.

Comme exercice je vous conseille de peindre la mer d’après une photo ou encore mieux d’après nature. Et n’hésitez pas à me poser des questions dans les commentaires. Vous pouvez également m’envoyer vos peintures si vous voulez que je les analyse et vous donne des conseils pratiques.

Comment peindre la mer en aquarelle

Je vous conseille également de lire mon article “Comment peindre à l’aquarelle une nature morte” où vous trouverez beaucoup de conseils pratiques qui peuvent vous aider à peindre en aquarelle. L’article “Comment dessiner l’eau et ses reflets dans le paysage” qui vous aidra à apprendre à dessiner l’eau. L’information sur le materiel de l’aquarelle vous la trouverez dans mon article “Débuter en aquarelle” Et les régles de la perspective aérienne vous pouver les trouver dans l’article “La perspective aérienne“.

Merci et à bientôt ! 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Comment dessiner l’eau et ses reflets dans le paysage

Dans cet article nous allons découvrir comment dessiner l’eau dans le paysage et comment  construire les reflets des objets dans l’eau.
Dans la première partie de l’article je parlerai de la construction des reflets, ce sera une partie purement théorique. Et dans la deuxième partie, la partie pratique, nous dessinerons ensemble un paysage avec de l’eau.

Donc observons des règles de la construction des reflets qui sont indispensables, à mon avis,  pour dessiner l’eau dans un paysage.

Soyez patient, cette partie ne sera pas longue.

Pourquoi voit-on des reflets dans l’eau?  Parce que les rayons de lumière se reflètent  sur la surface faisant miroir sous les angles qui sont égaux aux angles de leur incidence. 

L’angle d’incidence est égal à l’angle de réflexion.

Plus la lumière est vive et la surface est lisse et polie, plus le rayon réfléchi sera clair.

L’image réfléchie de chaque point de l’objet se trouve sur la suite de la perpendiculaire tracée de ce point vers la surface miroir.

On dirait que l’image réfléchie se trouve à la même distance derrière la surface du miroir que le point qui (qu’il) reflète. Le reflet de l’objet dans le miroir plat est égal à l’objet même et est soumis aux mêmes règles de la perspective.

dessiner l'eau et ses reflets

Les reflets des lignes verticales sont verticaux, ceux des lignes horizontales sont horizontaux, les lignes réfléchies ont des directions parallèles aux directions des lignes des objets et les points de fuite sont communs. On peut  observer cela sur ce dessin. 
Quand on dessine les bâtiments, on peut souvent voir dans leurs reflets les côtés,  que l’on ne voit pas de notre point de vue de référence. Car ils peuvent être cachés derrière des autres objets. Regardez le dessin suivant, ici on voit dans le reflet la voûte de l’arc du pont, que l’on ne voit pas quand on regarde le pont lui-même.

Comment dessiner l’eau avec les reflets de forme complexe

Si l’on doit construire le reflet de forme complexe, alors il nous faut tracer quelques points de repère sur le dessin et retrouver ces points à la même distance plus bas que la surface d’eau. nous faut tracer quelques points de repère sur le dessin et retrouver ces points à la même distance plus bas que la surface d’eau.

Sur ce dessin, pour construire le reflet du pont, on doit tracer quelques points de repères sur l’arc (points 5, 7, 8, 9.. )

Comment dessiner l'eau et ses reflets

Comme les points 5 et 9 se trouvent sur la surface d’eau, leurs reflets se trouvent dans les mêmes endroits. Les points 7 et 8 sont projetés sur la surface d’eau ( c’est comme cela que l’on a obtenu les points 0 et 8’.) Ensuite les lignes verticales de projection sont tracées vers le bas. Maintenant nous devons reporter la distance d-d’  sur la ligne verticale de projection pour obtenir le point . De même façon on reporte la distance 7-0 pour  obtenir le point et la distance 8-8’, pour obtenir le point .

Ensuite on peut relier les points réfléchis que l’on a obtenu, et construire comme cela le reflet de l’arc du pont. De même façon on peut construire les personnages sur le quai.

Observez encore ce dessin. Ici on voit que les arbres et les personnages se trouvent à des distances différentes de l’eau.

comment dessiner l'eau dans un paysage

Donc pour construire le reflet du personnage qui se trouve à une certaine distance du bord de l’eau (7-7.1) on doit tirer une ligne verticale du point 7.1 vers le bas et tracer sur cette ligne le point 7.2 où se trouverait la surface de l’eau si elle continuait au-dessous vers le fond du quai. Pour trouver la taille du quai dans la profondeur passons la ligne auxiliaire du point P au point 6 ( le bord du quai ) à travers le point 7.1.

Du point 6 dessinons un perpendiculaire jusqu’à la surface d’eau et le point d’intersection 6.1 relions avec le point P. Au point d’intersection de la ligne 6.1 – P avec une ligne verticale tirée du point 7.1 ( le point où l’on a mis notre personnage ) on trouvera le point 7.2.

Ensuite on reporte la distance 7.2 – 7.1 du point 7.2 vers le bas pour obtenir le point 7.3. Le point 7.3 serait le reflet du point 7.2 si les points 7.1 et 7.2 étaient au bord du quai. Maintenant reportons du point 7.3 la distance 7-7.1 qui est égal à la taille du personnage vers le bas et comme cela trouvons le point 7.0. La taille du reflet.

Petit exercice

Pour mieux comprendre comment dessiner l’eau et les reflets dans l’eau des objets situés des hauteurs différentes, je vous conseille de mettre un miroir sur la table et à côté de lui une pile de livres.

Comme cela vous pourrez observer comment les livres qui se trouvent sur la hauteur différente par rapport au miroir (qui le) reflètent. En tenant le crayon sous des angles différents par rapport à la surface, vous  pourrez observer ses reflets. Comme sur le premier dessin.

C’est une théorie. En réalité quand on doit dessiner l’eau, elle est rarement aussi lisse que le miroir. Souvent on peut voir les petites vaguelettes qui troublent la surface d’eau. 

Donc les contours des objets réfléchis sont moins nets que ceux des objets. La surface de l’eau ne reflète pas tous les rayons du soleil sous les mêmes angles, donc les objets clairs y apparaissent un peu plus foncés. Les bords est les détails des reflets sont moins bien déterminés que ceux des objets. Quand on travaille sur un paysage avec de l’eau, par exemple une rivière, on doit dessiner les objets qui se trouvent sur les bords en 3D- en volume. Mais pour les reflets on doit prendre en considération la surface d’eau, donc le volume des objets doit être subordonné à la surface d’eau.

Maintenant passons à la partie pratique dans laquelle nous allons voir :

Comment dessiner l’eau dans le paysage concret.

Je vais vous montrer comment dessiner l’eau en prenant pour exemple mon dessin que j’ai réalisé d’après une de mes photos prise en Thaïlande. Pour apprendre à dessiner l’eau il est bien souhaitable de dessiner d’après nature.

Si vous n’avez pas de possibilité de dessiner de suite d’après nature vous pouvez commencer par dessiner l’eau d’après une photo. Mais je vous conseille quand même de dessiner l’eau d’après nature dès que cela vous sera possible. La nature est le meilleur des professeurs ! Quand on dessine en plein air on voit beaucoup plus de nuances que quand on dessine d’après une photo.

Alors commençons comme d’habitude par trouver la ligne d’horizon et placer des objets sur notre feuille de parier.

comment commencer à dessiner un paysage

Quand vous dessinez un paysage il faut tout le temps se souvenir des règles de la perspective. Les règles de la perspective linéaire et aérienne vous pouvez trouver dans les articles suivants : “La perspective“, “Comment dessiner un paysage en perspective” et “La perspective aérienne“.

Pour placer correctement les objets sur une feuille de papier et faire une bonne composition, je vous conseille également de consulter mes articles “Comment dessiner correctement” dans lequel je parle de la méthode de comparaison, qui est utilisée par tous les artistes peintres professionnels, et “Composition dans la peinture” qui montre plusieurs formes de compositions sur l’exemple des tableaux des grands artistes peintres.

Dans cette vidéo vous pouvez voir la première étape du dessin.

Dans cette vidéo je montre comment commencer à dessiner un paysage.
Faites attention, je commence à dessiner selon mon impression, comme je le sens. Cela me sert de point d’appui. Et après cela je commence à comparer, corriger et mesurer les proportions.

Après avoir placé la ligne d’horizon et les maisons j’hachure légèrement de grandes masses d’arbres et les reflets dans l’eau. Je vois conseille de commencer à  travailler en tonalité le plus vite possible. Notre œil ne perçoit pas la forme avec les contours, mais avec les volumes. Donc pour arriver à transmettre ce que l’on voit devant nous il fait commencer par dessiner en volume le plus vite possible.

dessiner l'eau dans le paysage. Etape 2. On dessine en tonalité.
A cette étape je rajoute des ombres. Je vais affiner mon dessin après. Le fait de commencer à dessiner en tonalité le plus vite possible m’aide à capter mieux la forme.

Ensuite on dessine les maisons et les arbres en volume, en pleine force de leur tonalité. Quand vous dessinez un détail n’oubliez pas voir l’ensemble des objets du paysage pour ne pas perdre l’unité de votre tableau.

comment dessiner un paysage avec de l'eau
Je dessine d’abord les cabanes et les arbres pour avoir le point de référence au niveau de la tonalité et de la forme pour dessiner les reflets dans l’eau après.

Après cela on peut commencer à dessiner l’eau. Faites attention comment je dessineles reflets des arbres et des cabanes dans l’eau en les hachurant en vertical. Le fait de les hachurer comme cela donne un effet supplémentaire de reflet.

Comment dessiner des reflets dans l'eau
Faites attention, après avoir hachurer en vertical, je dessine par-dessus les lignes horizontales pour souligner la surface de l’eau.

Ensuite je continue de dessiner avec la gomme. Pour montrer le mouvement de l’eau je gomme en horizontal les parties éclairées de l’eau où il y a les vagues. Cela m’aide à montrer la surface horizontale de l’eau.

Maintenant dessinons les vagues. Pour cela dessinons uniquement les ombres sans toucher la lumière sur les vagues.

comment dessiner les vagues

Il y a une règle de la peinture et du dessin. Si l’on dessine l’ombre, on généralise la lumière et au contraire si l’on dessine la lumière, on généralise l’ombre. Cela veut dire, que si vous détaliez plus les ombres dans votre tableau, vous devez détailler beaucoup moins les parties éclairées pour que votre tableau reste uni. Dans chaque tableau vous devez choisir ce que vous allez dessiner, les ombres ou la lumière.

Pour donner l’effet de transparence des vagues vous pouvez faire la jonction entre la lumière et l’ombre de la vague un peu plus foncée, mais pas trop, pour ne pas rendre cet endroit aigu. Chaque vague a sa forme, son volume. Ne dessinez pas les contours, suivez la forme des vagues avec les hachures.

Au final pour souligner encore plus la surface d’eau hachurez légèrement en horizontal la partie de l’eau avec les reflets des arbres et des maisons.

Pour apprendre à dessiner l’eau il est très utile au début de copier quelque dessins de grands artistes peintres. Cela aide à apprendre la technique.

Ce sont les dessins que j’ai trouvé intéressants et utils à étudier.

Ivan Aïvazovski
Ivan Konstantinovitch Aïvazovski
Dans ce paysage on peut observer comment le peintre dessine les vagues. Ici on voit que l’artiste dessine les reflets dans l’eau et après il gomme la lumière sur les vagues.
Rembrandt. L'eau-forte
Rembrandt
Dans cette eau-forte de Rembrandt on voit comment peintre dessine les reflets dans l’eau. Faites attention, après avoir dessiné les reflets, le peintre hachure en horizontal la surface de l’eau.
Alexeï Savrassov
Alexeï Kondratievitch Savrassov
Ici on peut étudier comment l’artiste dessine les reflets des arbres dans l’eau et dans la glace.

Merci d’avoir lu cet article! Maintenant je vous proprse de faire quelques exercices. Pour appliquer les connaissences aquises dans cet article je vous invite à dessiner l’eau dans un paysage et faire une copie du dessin du peintre qui vous inspire.

Si vous avez des questions, posez-les moi dans les commentaires. Je vous propose également de m’envoyer vos dessins si vous voulez que je les corrige ou donne mon avis. Je suis toujours heureuse de vous aider !

A bientôt ! 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Comment peindre à l’aquarelle une nature morte

Dans cet article nous allons découvrir comment peindre à l’aquarelle une nature morte.

Dans la première partie nous analyserons une nature morte aquarelle et dans la deuxième partie nous réaliserons une petite nature morte à l’aquarelle pas à pas.

Nature morte à l'aquarelle
Je vais peindre à l’aquarelle cette petite nature morte pour vous montrer toutes les étapes de travail.

Je veux commencer par l’organisation de la nature morte. On va peindre à l’aquarelle une nature morte composée d’une cruche bleue, d’une grenade, d’une tranche de melon, les draperies brunes et bleues et comme fond le mur blanc et la draperie jaune.

Les couleurs des objets dans la nature morte sont assez riches, elles sont composées de couleurs différentes. On ne peut pas obtenir ces couleurs sans faire des mélanges riches.

Commençons par dessiner cette nature morte. Je ne vais pas m’arrêter longtemps sur ce sujet, je voudrais juste vous rappeler que pour dessiner la nature morte, comme d’ailleurs pour tous les dessins, on utilise la méthode de comparaison qui consiste à comparer les objets les uns par rapport aux autres et mesurer les proportions.

Dessin d'une nature morte
Faites attention aux lignes auxiliaires qui aident à déterminer les angles , dessiner des ovales et construire la cruche ( la ligne auxiliaire centrale verticale et les lignes auxiliaires horizontales qui aident à dessiner les ovales et mesurer la largeur de la cruche par rapport à sa taille verticale.)

Comment  mesurer les proportions et comment utiliser la méthode de comparaison vous  pouvez lire dans mon article Comment dessiner correctement où je montre aussi les étapes du dessin de la nature morte.

Par quoi commencer pour peindre à l’aquarelle

Donc par quoi commencer pour peindre à l’aquarelle une nature morte. Nous avons deux solutions. Deux techniques différentes. Si l’on veut utiliser la technique alla prima on doit commencer par les objets qui ont des couleurs assez claires et vives.

Si l’on travaille dans la technique d’aquarelle classique, cela veut dire dans la technique des glacis, on doit commencer par les teintes les plus claires et aller vers celles plus foncées en superposant progressivement les couches. Donc au début essayons de peindre à l’aquarelle en technique classique, mais en rajoutant quelques éléments de la technique alla prima. Comment mixer les deux techniques ainsi que comment peindre sur le papier ou la couche de peinture mouillée je vais vous le monter dans la deuxième partie de cet article.

Maintenant un peu de théorie. Dans la première partie de l’article nous allons analyser une nature morte faite par un élève.  Dans notre nature morte les objets qui ont les couleurs les plus déterminées sont la grenade et la cruche, donc il est plus facile de trouver les couleurs de ces objets. Comme on a décidé de travailler dans la technique classique avec les éléments d’alla prima on peut peindre ces objets de suite en pleine force de couleurs. Cela va déterminer la tonalité générale de notre nature morte.

Nature morte

La cruche étant bleue en général, elle a beaucoup de nuances de couleurs. Dans l’ombre et dans la lumière on voit  les couleurs différentes. Par exemple dans l’ombre la couleur bleue devient presque violette et quelque part vert-brun sous l’influence des reflets des autres objets.
Sur l’influence de couleurs  vous pouvez lire dans mon article Comment dessiner en volume.

Comment utiliser la méthode de comparaison pour peindre à l’aquarelle

Un conseil.

Pour arriver à voir, capter la couleur la plus juste possible essayez de regarder de façon à voir la cruche en entier et avec le fond. Je sais qu’au début c’est très difficile à faire.

Mais cela aide énormément pour ne pas se tromper avec les couleurs et avec la tonalité générale.

Il existe encore une autre technique pour voir la vraie couleur d’un objet. Pour déterminer une couleur il ne fait pas regarder directement l’objet que vous êtes en train de peindre, mais à coté de lui.

Cela veut dire à quel point le côté éclairé de la cruche est plus foncé en comparaison du mur qui sert du fond. Vous pouvez aussi vérifier les contrastes en regardant la nature morte en pliant les yeux. Mais cette technique aide plutôt à voir clairement la tonalité des objets, mais ne marche pas si bien que la première technique pour voir des couleurs.
Il faut se souvenir encore que la peinture aquarelle a la tendance à s’éclaircir en séchant.

Donc quand vous cherchez la couleur pour le côté éclairé, essayez de voir la cruche en entier avec le fond pour identifier le contraste basique de la silhouette de la cruche par rapport au mur.

Quelle technique d’aquarelle utiliser ?

Les couleurs de l’aquarelle peuvent perdre presque 30% de leur (intensité) saturation.

Donc quand vous travaillez dans la technique alla prima je vous conseille de peindre à l’aquarelle avec les couleurs un peu plus fortes, que vous ne les voyez dans la nature, car elles vont s’éclaircir un peu.
Dès que vous aurez peint la lumière, continuez avec la pénombre. Quand vous peignez la lumière vous pouvez utiliser sa couleur comme la couleur de base pour la cruche et mettre cette couleur partout sur toute la surface de la cruche, sauf la tâche de lumière, qui reste pour l’instant blanche. (Dans la technique aquarelle classique la couleur blanche ne s’utilise pas, le blanc dans la technique classique, c’est la couleur du papier pour aquarelle. )

Il existe les techniques dans lesquelles l’on utilise le blanc gouache, mais ce n’est pas déjà la technique propre aquarelle, mais plutôt une technique mixte.

Et je vous conseille fortement d’apprendre la technique d’aquarelle classique avant d’utiliser les techniques mixtes.

Car la technique d’aquarelle classique donne les bases pour toutes les autres techniques.

Revenons à notre nature morte. Donc la couleur du côté éclairé peut nous servir comme la couleur de base pour la cruche, après on rajoute une couche de couleur de pénombre qui à son tour peut servir de base pour l’ombre. Les ombres sur les parties différentes de la cruche seront différentes aussi sous l’influence des reflets des autres objets.

Essayez toujours de trouver la différence des nuances des couleurs des ombres en les comparants entre elles. Et ne mélangez pas les mêmes couleurs pour l’ombre, la pénombre, pour la lumière et pour les ombres réfléchies, pour qu’elles soient différentes non seulement par la tonalité mais aussi par la nature du ton de couleur. Un petit exercice de mélange de couleurs vous pouvez trouver dans mon article Mélange de couleurs à l’aquarelle.

Ayant peint la cruche, faites de même façon pour la grenade. N’oubliez jamais de regarder la grenade en entier et chercher la différence entre les nuances du rouge.

Une régle incontournable pour peindre à l’aquarelle

Ici je veux vous rappeler d’une règle incontournable de la peinture. Quand vous travaillez dans n’importe quelle technique que peinture, que ce soit l’aquarelle, la peinture à l’huile ou l’acrylique… si dans la lumière on utilise les couleurs chaudes, dans l’ombre on doit utiliser les couleurs froides et si on peint la lumière avec les couleurs froides, l’ombre sera chaude. C’est un des premiers principes de la peinture. Le contraste des couleurs froides et des couleurs chaudes.

Commençant à peindre à l’aquarelle la tranche de melon comparez sa couleur et sa tonalité avec celles du mur et des draperies. Qu’est-ce qui est plus clair, le melon ou le mur ? Qu’est ce qui est plus froid au niveau des couleurs, le mur, le melon ou l’assiette ? Quelles sont les différences entre eux ?
Quand on travaille, on se pose tout le temps des questions comme ça et on observe la nature. Ces questions et les réponses que l’on trouve nous aident à avancer vite et à éviter beaucoup d’erreurs dans notre peinture.

Quand vous travaillez sur votre peinture regardez de temps en temps votre travail de loin (ou dans le miroir). Cela aide énormément à voir les erreurs.

Peindre à l’aquarelle sur une couche seche ou umide ?

Peignant en aquarelle travaillez toujours sur la feuille de papier où il y a déjà une couche de peinture complètement sèche ou au contraire très humide, mais pas sur la couche de peinture demi-sèche (bien sûr si vous ne voulez pas avoir l’effet que la couche de peinture superposée “déchire ” la couche inférieur. Cet effet vous pouvez utiliser exprès quand vous peignez l’écume sur les vagues. Je vais vous parler de cette technique quand on va apprendre peindre la mer en aquarelle).

Donc pour l’instant on travaille uniquement que sur les couches sèches. N’oublions pas que la couleur nous sert pour relever la forme d’un objet. C’est pour cela que chaque coup de pinceau doit suivre le dessin et la forme de l’objet.
Quand on travaille en couleur il est toujours plus difficile de déterminer les fautes et les corriger. Ici l’unité, l’ensemble de la peinture et son harmonie se composent de la couleur, sa tonalité, et sa saturation. Par exemple on trouve une bonne tonalité de couleur, mais cette couleur doit être correcte au niveau de la saturation et ses nuances de coloris. Il arrive que l’on ai réalisé très bien un objet dans la nature morte, mais on n’a pas réussi à trouver une bonne tonalité et bonne couleur pour un objet à côté ou pour le fond.

peindre à l'aquarelle une nature-morte

Alors l’harmonie de la nature morte sera en déséquilibre. Comment peut-on corriger cela ? C’est une question difficile. Est-ce que l’on doit refaire cette étude ? 

Mais où sont les garanties que l’on ne fera pas les mêmes erreurs, si l’on n’a pas compris l’origine de notre échec…. ? 

C’est pour cela que l’on doit s’obliger de s’habituer à l’ordre du travail.

Pour peindre à l’aquarelle correctement, il faut se corriger, comparer des objets et des couleurs, se poser des questions sans arrêt durant tout le travail.

Comment comparer les couleurs

Donc comment comparer… pour ne pas se tromper. Je vous conseille de comparer les couleurs chaudes avec les couleurs chaudes avec les chaudes, les froides avec les froides, les couleurs claires avec les couleurs claires, les foncées avec les foncées, les peu saturées avec les mêmes. Et bien sûr on doit toujours prendre le temps penser aux contrastes des couleurs et de leur tonalité. Cela étant fait on peut vérifier en regardant la nature en pliant les yeux. Déterminez les endroits les plus colorés avec les couleurs les plus saturées pour les teintes froides et chaudes. Et gardez-les toujours en vue. Chaque erreur enchaîne sur une autre. En même temps contrôlez la taille et la forme de chaque coup de pinceau.

Et encore une fois je veux vous rappeler que la peinture ne consiste pas à un copiage isolé de telle ou telle endroit de la nature. Pour peindre il faut déterminer la liaison entre toutes les couleurs en les comparants tout le temps.

Ce qui est plus facile à faire si l’on arrive à voir la nature en entier, et non pas détail par détail.

Maintenant pour donner un exemple je vais peindre à l’aquarelle devant vous une nature morte. J’ai choisi une nature morte qui a une gamme de couleurs assez limitée, ce qui est assez difficile car on est obligé de comparer les couleurs très nuancées.

Donc comment peindre à l’aquarelle une nature morte avec les châtaignes.

Nature morte avec les châtaignes. début de dessin.
Dédut de dessin.
Faites attention, je dessine principalement avec les lignes droites et je vais des grandes formes vers des formes plus petites sans les détailler.

Ici on commence comme d’habitude par la composition de la nature morte. On commence à dessiner toujours par les grandes masses et par les figures géométriques. Vous pouvez voir que j’ai commencé par dessiner une sorte de triangle dans lequel j’ai placé tous les objets. De cette façon j’ai déterminé la forme générale de toute la nature morte.

Nature morte avec les châtaignes.
Je travaille sur les formes des objets. Maintenant on voit déjà que ce sont des châtaignes.

Maintenant je commence à détailler les formes pour rendre les objets plus reconnaissables. Faites attantion , je ne commence pas à dessiner les détails avant d’être sûre que tous les oblets sont placés correctement au niveau de la composition.

Nature morte avec les châtaignes. Je passe une éponge.
Je passe une éponge. Pour cela, comme d’ailleurs pour faire tous les lavis, j’utilise toujours une éponge de mer qui n’abîme pas la surfasse de ma feuille.

Dès que le dessin est terminé, avant de commencer è peindre je passe partout avec une éponge mouillée. je fais cela pour éclaircir un peu le dessin et dégraisser la surface de la feuille aquarelle.

Comment commencer à peindre à l'aquarelle une nature morte avec les châtaignes
La première couche de peinture. Légère et claire.

Je commence à peindre à l’aquarelle toujours par la couleur la plus claire de l’objet pour après aller vers les plus foncées. Ce qui est la base de l’aquarelle classique où on utilise des glacis. Mais dans cette aquarelle je me permet de mixer les deux techniques. La technique du glacis et la technique alla prima. Donc juste après avoir fait la première couche de peinture, je commence à y rajouter d’autres couleurs pendant que la première couche de peinture n’est pas encore séche ce qui permet aux nouveaux couleurs de bien s’intégrer et de se mélanger dans la couche de base.

Nature morte avec les châtaignes. Comment peindre à l'aquarelle

Je commence à peindre la châtaigne de suite en ragoutant les couleurs presque en pleine force.

Comment peindre à l'aquarelle une nature morte avec les châtaignes
Comment peindre à l'aquarelle une nature morte avec les châtaignes. On commence à travailler sur les détails.

Vous voyez qu’ici je travaille plus en technique alla prima que dans la technique de glacis. Je mets les couleurs en pleine force de suite. Cela n’empêche pas qu’après je vais rajouter encore quelques couches de peinture avec les glacis pour affiner la forme.

Comment commencer à peindre à l'aquarelle les châtaignes

De même façon je peins les autres châtaignes. Faites attention, je ne laisse pas les tâches de lumière blanche, malgré qu’elles sont les plus claires, Je les peins avec la couleur bleu clair.

Les piqies de châtaigne

Voilà. Je recommence à travailler avec les glacis pour approfondir les ombres. Quand vous travaillez avec les glacis il faut se rappeler que les couches de peinture aquarelle sont transparentes. Donc à travers une couche de telle ou telle couleur on vois la couleur de la couche inferieure. Alors on doit prendre en considération la couleur de la couche inférieure quand on choisit la couleur pour une couche supérieure. Car en se mélangeant les deux couches en feront une autre .

Comment commencer à peindre à l'aquarelle une nature morte avec les châtaignes. Les ombres.

A cette étape j’approfondie les ombres et je travaille sur le volume des objets.

Comment commencer à peindre à l'aquarelle une nature morte avec les châtaignes. Le volume.

C’est maintenant que l’on peut travailler sur les détails.

peindre à l'aquarelle  une nature morte

Après cela je travaille sur le fond. Tout d’abord je mets la couleur ocre qui me sert de couleur de base pour la table en bois ou j’avais posé mes châtaignes.

Comment peindre une nature morte

Ensuite je commence à peindre la structure du bois. Et tracer légèrement les ombres portées des objets.

Peindre à l'aquarelle le fond dans une nature morte

A l’étape suivante j’approfondie le fond en rajoutant les couleurs froides et je rends les ombres plus foncées dans les endroits ou elles touchent les objets. Cela m’aide à mettre les objets sur la table et à me débarasser de l’effet que les objets peuvent paraître en train de flotter au-dessus de la surface de la table. Pour rendre votre peinture plus unie, passez partout avec un glacis léger en utilisant la couleur que l’on trouve dans tous les autres objets. Dans mon cas c’est la couleur bleue.

Comment finaliser la nature morte

Après avoir fait des ombres je retravaille la structure du bois au premier plan et dans les ombres. Faites attention que la structure du bois qui est très visible au premier plan devient floue au dernier plan et que les lignes de structure du bois suivent la perspective. C’est comme cela que l’on peut montrer que le surface de la table est en horizontale.

comment faire des lavis

Maintenant je fait ressortir les piques claires des châtaignes avec les lavis. Et pour les rendre encore plus claires je les souligne avec les ombres. Pour faire des lavis très précis je travaille avec un pinceau et non pas avec l’éponge. Donc pour enlever la couleur on doit quelque part détruire la couche de peinture. Pour cela on met tout simplement de l’eau sur l’endroit où l’on doit enlever la couleur et après cela on passe par dessus avec un pinceau bien égoutté ou des fois prèsque sec.

Nature morte. Derniers coups de pinceau

Voilà notre nature morte est finie.

Nature morte est finie

Maintenant je vous propose de regarder la vidéo qui vient de ma chaîne YouTube et qui montre une des étapes de la réalisation de cette nature morte ce qui vous aidera à encore mieux visualiser ce cours. Et après cela faites un petit exercice. Pour commencer, je vous conseille de réaliser une nature morte de trois ou quatre objets de structures différentes et une draperie, blanche par exemple. Les conseils pour choisir vos materiels nécessaires à peindre à l’aquarelle vous pouvez trouver dans mon article Débuter en aquarelle. L’information sur la composition de la nature morte vous pouvez la trouver dans mon article Composition. Nature morte. Et sur la composition en générale dans l’article Composition dans la peinture où j’analyse plusieurs oeuvres d’art pour montrer les exemples des compositions utilisées par les grands artistes peintres.

Dans cette vidéo je voudrais vous montrer la première couche de peinture en technique alla prima.

Et bien sûr je serais très contente si vous me laissez des commentaires et même envoyez-moi vos natures mortes si vous avez besoin de mes conseils. Je suis toujours ravie de vous aider ! 🙂

A bientôt

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Comment dessiner des yeux

Dans cet article vous allez découvrir  comment dessiner les yeux.

J’ai partagé mon article en deux parties. La partie théorique et la partie pratique.

Dans la partie théorique on parlera de l’anatomie et de la construction de l’œil. Dans la partie pratique on dessinera l’oeil en quelques positions.

Comment dessiner des yeux. La partie théorique.

Commençons par l’anatomie artistique. Si l’anatomie medicale nous enrichie des connaissances d’anatomie, l’anatomie artistique nous aide à appliquer ces connaissances quand on dessine. La connaissance de la construction d’un œil, notamment de sa forme permet de dessiner des yeux sous les angles différents.

l'anatomie externe  artistique de l'oeil.
l’anatomie externe artistique de l’oeil.

Le globe oculaire se trouve dans la cavité orbitale. La forme du globe oculaire est sphérique, mais  on la voit comme unhémisphère, car le globe oculaire est enfoncé  dans la cavité orbitale.

Quand vous commencez à dessiner les yeux, faites attention que les paupières supérieures et paupières inférieures forment les coins plus arrondis à côté du nez et les coins extérieurs sont plus aigus. Dans le coin intérieur se trouve la caroncule lacrymale. Quand on dessine des yeux, la caroncule lacrymale se souligne souvent avec une ombre jetée par la surface latérale du nez.

l'oeil de Davide Michel-Ange
L’oeil de Davide de Michel-Ange dessiné de face. Ici on voit bien que le coin intérieur et le coin extérieur de l’oeil ne se trouvent pas à la même hauteur. Et la plus haute de la paupière supérieure et la partie la plus basse de la paupière inférieure ne se trouvent pas sur la même vertical.

Les paupières ont une certaine épaisseur.
Avec l’éclairage normal l’épaisseur de la paupière inférieure à l’air d’une raie claire. La paupière supérieure, avec son ombre portée paraît plus foncée et plus large. Les paupières supérieures sont plus longues vers le coin extérieur que les paupières inférieures. Donc les paupières supérieures ressortent plus en avant, ce qu’on peut voir quand on regarde l’œil en profile.

La fente oculaire, si l’œil est ouvert, perçoit comme un quadrilatère étiré horizontalement. En fonction de la rotation de l’œil et de la direction du regard, les rapports entre les côtés du quadrilatère changent. Quand on regarde l’œil en profile, on le perçoit comme triangle.

l'oeil de David Michel-Ange dessiné en profile
L’oeil de David de Michel-Ange dessiné en profil. Sur ce dessin on peut voir que l’iris se trouve sur la surface sphérique et il s’apperçoit comme un ovale.

Si l’on regarde un œil en face, on peut remarquer que la partie la plus haute de la paupière supérieure et la partie la plus basse de la paupière inférieure ne se trouvent pas sur la même vertical, mais elles sont posées obliquement l’un par rapport à l’autre.
Je vois souvent que l’iris est dessiné comme le rond, ce qui n’est pas vrai en réalité. L’iris est situé sur une forme sphérique et en plus en perspective.

La couleur d’un œil dépend l’iris. Au centre de l’iris se trouve la pupille qui s’agrandit en fonction de la force de la lumière. De côté de la source de lumière on peut voir une tâche de lumière sur l’œil, et de l’autre côté se trouve le reflet ou l’ombre réfléchie. La brillance des yeux est due à l’humidité de leurs surfaces.

l'oei qui nous regard.
L’oei qui nous regard.

Quand on est en train de dessiner des yeux, on doit faire attention à la direction du regard. D’habitude les axes de vue se croisent dans le même point. Donc dans la plupart de cas les yeux sont légèrement tournés à l’intérieur. Mais quand le modèle restant pensif regarder le lointain, les axes de vue deviennent parallèles.

La direction du regard.
La direction du regard.

La position et le “caractère “des  yeux peuvent être différents. Les yeux peuvent être petits ou grands, ils peuvent être placés près du nez et plus loin. Les coins extérieurs peuvent se trouver sur la même ligne horizontale que les coins intérieurs, mais ils peuvent être plus bas ou plus haut que les coins inférieurs. Les paupières supérieures peuvent se cacher sous le pli cutané ou au contraire le globe orbital peut être très visible comme sur la tête de plâtre.

Les yeux avec les sourcils donnent au visage les expressions différentes.
Les cils ombragent le regard.

Un conseil…. Quand vous dessinez un portrait, évitez de dessiner les cils un par un. Dessinez plutôt l’ombre de cils.
Pour garder l’unité de la forme commencez les yeux  toujours par la grande forme et après allez vers les plus petites. Quand vous dessinez le portrait tracez les deux yeux en même temps. 

Sur cela on a fini la partie théorique.

La partie pratique.

Commençons à découvrir comment dessiner des yeux par dessiner un œil en traçant un rond ou plutôt le globe oculaire. Il va nous servir d’un support pour l’œil. 

Comment dessiner des yeux. Globe oculaire.
Globe oculaire

Ensuite, suivant la forme du globe oculaire dessinons les paupières.

Comment dessiner des yeux. Les paupières.
Les paupières.

Et l’épesseur des paupières.

Comment dessiner des yeux. Les paupières avec leurs épaisseurs
Les paupières avec leurs épaisseurs

Maintenant c’est le temps de dessiner l’iris. Faites attention que dans mon dessin, je trace l’iris à travers les paupières pour ne pas se tromper avec sa forme.

Comment dessiner des yeux. On place l'iris.
On place l’iris

Ici l’iris n’est pas rond, mais plutôt ovale et il se trouve sur la surface sphérique. Donc il se déforme en suivant cette forme. 

Comment dessiner des yeux. L'iris et la pupille. Avec les lignes auxiliaires.
L’iris et la pupille. Avec les lignes auxiliaires.

Maintenant on peut insérer l’œil dans la cavité orbitale.

Comment dessiner des yeux.

Commençons à travailler sur le volume. On doit sentir que derrière les paupières il y a le globe oculaire. Les paupières ont du volume elles aussi,  mais elles sont quand même subordonnées au volume du globe oculaire.

Comment dessiner des yeux.

Comme sur chaque forme ronde, sur l’œil on peut voir la tâche de lumière,  la lumière, l’ombre, la pénombre et l’ombre réfléchie. Toutes les règles du dessin en volume : vous pouvez les découvrir dans mon article  Comment dessiner en volume.

Comment dessiner des yeux.

L’iris a sa couleur et comme l’iris est transparent on peut voir souvent le reflet sur le côté opposé par rapport à la tâche de lumière. L’iris a aussi une sorte de contour, qui est plus visible, plus l’iris est clair.

Comment dessiner des yeux. Etape finale

Comment dessiner des yeux en face.

Maintenant étudions un œil d’une personne qui nous regarde. Faites attention à ce que l’œil n’ait pas la même forme, que sur l’exemple précédent. Il a une forme de quadrilatère. Car l’œil s’élargit toujours au niveau d’iris.
C’est l’œil d’une personne âgée, donc on voit bien le pli cutané qui couvre la grande partie de la paupière supérieure. 
Le travail se déroule de même façon.

On dessine le rond du globe oculaire. Ensuite, comme on dessine l’œil en face on doit tracer son angle.

Comment dessiner des yeux. globe oculaire et sa ligne auxiliaire
Le globe oculaire et sa ligne auxiliaire.

Ça veut dire dessiner la ligne auxiliaire droite qui rejoint les deux coins de l’œil. Le coin intérieur et le coin extérieur. Comme cela on voit clairement que le coin extérieur est plus haut que le coin intérieur. Cela nous aide à capter la forme et le caractère de l’œil. 

Comment dessiner des yeux. Les paupières.
Les paupières.

Maintenant dessinons les paupières qui suivent la forme du globe oculaire. Et ensuite dessinons l’iris et la pupille.

Comment dessiner des yeux. l'iris et la pupille
l’iris et la pupille

Faites attention à ce que  je dessine toujours à travers les paupières, après on pourra facilement gommer les lignes que l’on en n’aura plus besoin. On n’oublie pas de dessiner l’épaisseur de la paupière inférieure aussi.

Comment dessiner des yeux. Le volume des grandes formes.
Le volume des grandes formes.
 tonalité générale de l'iris.
tonalité générale de l’iris

Maintenant on commence à hachurer l’œil. Et on commence toujours par les grandes formes pour aller après vers les plus petites. N’oublions pas de garder le volume général de l’œil, toutes les petites formes sont subordonnées aux grandes formes au niveau du volume. Cette règle marche pour tout,  et pas que pour un œil !
Après avoir déterminé le volume de l’œil, nous trouverons la tonalité générale de l’iris. Ensuite on peut placer la pupille et dessiner les détails de l’iris, le contour, les petites tâches. Dessinons également l’ombre portée qui tombe sur le blanc de l’œil, l’iris, la pupille et sur l’épaisseur de la paupière inférieure.

Comment dessiner des yeux.

Maintenant on peut approfondir le volume et préciser les détails. Faites attention, le blanc de l’œil est plus foncé dans l’ombre que l’iris qui est plus foncé du côté de la tâche de lumière. Cela vient du fait que l’iris a une structure transparente et la lumière passe à travers lui. L’épaisseur de la paupière inférieure n’est pas uniforme au niveau de la tonalité. Il y a  les endroits plus éclairés et d’autres sont plus foncés, vers les coins.

Dessin final

Après avoir fini l’œil dessinons les ombres de l’arcade sourcilière et le pli cutané, ce qui nous permettra de bien placer l’œil et montrer son caractère.

Comment dessiner des yeux baissés

Pour finir cet article je voudrais vous montrer aussi comment dessiner l’œil qui regarde vers le bas.

Le processus de travail est tout à fait le même. On commence par le globe oculaire. Ensuite on dessine les paupières avec leurs épaisseurs. On trouve la place de l’iris et de la pupille.

Comment dessiner des yeux baissés.

On travaille sur le volume et sur la transparence de l’iris et on place l’oeil dans l cavité orbitale.

Comment dessiner des yeux baissés.

Faites juste attention à la forme de l’œil, qui devient triangulaire dans cette position et à la perspective qui est très marquée sur ce dessin.

Comment dessiner des yeux baissés.

Maintenant je vous propose de faire un petit exercice. Dessinez un œil en utilisant la méthode décrite dans cet article. Et surtout faites attention aux étapes. Allez toujours de la grande forme vers les plus petites. Et encore un conseil, quand vous dessinez un portrait essayez toujours de dessiner des yeux ensemble, comme c’est décrit dans mon article Comment dessiner un visage.

Et bien sûr, Je vous invite à me laisser un commentaire. N’hésitez pas à me poser des questions ! Je suis toujours ravie de vous aider !

A bientôt ! 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Comment dessiner un visage

Dans cet article vous allez découvrir les petits secrets et les étapes de travail à suivre qui vous aidront à apprendre à dessiner un visage et réussir votre portrait.

Comment dessiner un visage et réaliser le portrait professionnel.

D’abord je veux vous parler d’une chose qui est extrêmement importante et extrêmement difficile  pour chaque artiste peintre.

L’unité, la perception globale du tableau et de la nature !

Et l’ordre de travail sur notre tableau qui nous aide à arriver à unifier notre tableau.

Je pense que je devrais parler de cela dans chaque article que j’écris car c’est vrai pour toutes les réalisations que ce soit un portrait, un paysage, une nature-morte ou une illustration.     

Grâce à la capacité de notre œil à voir l’objet en entier nous voyons d’un premier coup son volume,  ses couleurs. C’est exactement cela qu’il faut que le spectateur voie sur notre dessin.

Toutes les parties de l’objet on doit les dessiner dans l’ensemble et pas en attachant ou rajoutant une partie à une autre. Car dans la nature toutes les parties de l’objet existe dans  leur ensemble.

Mais comme dessiner tout et en même temps et impossible physiquement et si l’on commence à dessiner partie par partie le résultat laisse à désirer, l’artiste doit trouver la possibilité de garder l’intégrité de la perception de la nature et en même temps que de travailler sur les détails. Pour arriver à faire cela l’artiste est obligé de commencer la construction du portrait par dessiner les grandes masses et formes et après passer aux détails. Même quand on dessine les détails il faut éviter de les « copier », mais faire correspondre les uns avec les autres et l’objet en entier.

Cette façon de travailler en comparant tout le temps les proportions, les couleurs, la tonalité est une sorte de plâtre qui assemble toutes les parties de la tête ou de n’importe quel objet en forme unique.

Pour en savoir plus de cette façon de travailler vous pouvez lire dans mon article « Comment dessiner correctement ».

Donc pour réussir le portrait à partir de début il faut commencer par les grandes masses et aller progressivement vers les formes plus petites et les détails. De l’intégralité vers la précision, du facile vers le difficile.

L’ordre de travail pour dessiner un visage.

Quand l’artiste peintre travaille sur un portrait, il respecte une séquence de travail. Chaque dessin doit avoir son début, son milieu et sa fin. La rupture de cette séquence mène au copiage désorganisé et aléatoire et pas au dessin structuré.

Donc on peut separer le travail sur un dessin en trois partie:

1.Au début du travail le dessinateur trace rapidement la forme générale de la tête sur une feuille en montrant ses grandes parties et les grandes masses. ( Une petite remarque. Quand vous commencez à dessiner un visage, dessinez d’abord selon votre impression qui peut souvent être vraie et après vérifiez les proportions en utilisant la méthode de comparaison. Comme cela votre première impression ou plutôt le dessin fait selon votre impression, va vous servir d’un point d’appuit pour vérifier les proportions.)

2.Ensuite vers le milieu de travail il fait ressortir les formes plus petites. Ici il travaille en ovalisant et en précisant la forme. On travaille sur les détails.

3.A la fin l’artiste revient vers les formes générales pour assembler les formes et les détails. De cette façon l’artiste fait ressortir les détails ou les formes importantes et fait reléguer au second plan les formes moins importantes.

Ainsi donc une séquence stricte de travail est une condition principale de la réalisation réussie du dessin.       

Maintenant passons aux étapes de travail sur le portrait.

1.La composition.

Quand vous commencez le portrait,  la première chose dont il vous faut vous occuper, c’est la composition du portrait  sur une feuille de papier, ou sur n’importe quel support. La position du portrait sur une feuille dépend de l’orientation de la tête, de sa forme,  des ombres portées, du fond, des vêtements. 

Il faut  éviter de mettre le portrait au centre de la feuille. 

Par exemple, mettons un portrait dessiné en profil juste au centre d’une feuille carrée de façon que tous les contours se trouvent à une distance égale des bords de la feuille et son centre soit directement sur le centre géométrique de la feuille.

Comment dessiner un visage. Composition.

En ce cas-là le dessin nous paraît un peu déplacé vers le côté du visage et vers le bas.

On a cette impression  parce que la partie faciale de la tête prédomine la partie crânienne de la tête, car elle a beaucoup  de détails et attire plus l’attention du spectateur.

Sur ce dessin on a déplacé la tête à gauche et vers le haut. Comme cela on a laissé pls d’éspace devant le visage.

Comment dessiner un visage. La composition du portrait

Si l’on compare le premier et le deuxième dessin, on verra que sur le deuxième dessin où la tête est déplacée à gauche et vers le haut la composition est plus équilibrée.  

2.L’esquisse rapide, le point de vue et la taille de votre portrait

Quand vous commencez à esquisser la tête et le cou, faites attention à l’orientation de la tête par rapport à la verticale et à l’horizontale. Regardez attentivement si votre modèle a tourné ou ( et ) penché la tête. Quel est son mouvement ou la position habituelle. On a tous nos habitudes, tenir ou pencher la tête de telle ou telle façon. Cela fait partie de la ressemblance.  

Un conseil

Commencez à dessiner un visage avec les traits légers, prenez pour dessiner au début les crayons H ou HB.

Si vous hésitez entre quelques crayons de valeurs différentes, je vous invite à lire mon article “Comment choisir un crayon”.  

Si vous utilisez beaucoup la gomme, vous risquez d’abîmer votre feuille. La tonalité du dessin doit augmenter à mesure que vous avancez dans votre dessin. 

En encore une petite remarque. Regardez cette image au-dessous. Vous voyez comment je tiens le crayon. C’est une position ou plutôt cette façon de tenir un crayon qui est très efficace quand vous dessinez de grandes masses et formes. Comme quand on commence notre dessin.

Si vous ne conaissez pas cette façon à tenir le crayon vous pouvez l’apprendre dans mon article “Comment tenir un crayon”.

Comment dessiner le portrait. Début de travail.
Ici je trace rapidement le portrait pour déterminer sa composition et sa forme générale.
Comme j’ai déjà dit, j’evite d’appuyer trop sur mon crayon pour que les lignes restent légères.

Dès que vous avez choisi le point de vue sur votre modèle, déterminez la taille de votre portrait.  Il doit être un peu plus petit, que la taille réelle de votre modèle. La taille de portraits dépend aussi de la distance entre vous et votre modèle.  Plus le modèle est loin,  plus la taille de votre portrait est petite.  

3. La construction du portrait

Comment dessiner un visage à l’aide les lignes auxiliaires.

Pour réussir la construction du portrait il faut absolument utiliser les lignes auxiliaires.

Je trace la ligne auxiliaire centrale et la ligne transversale horizontale qui ensemble forment la croix au niveau de la racine du nez.

La ligne centrale verticale et les lignes horizontales. La ligne centrale met en place les deux parties symétriques de la tête. Deux fossés frontaux, deux arcades sourcilières, deux cavités orbitales etc…  La ligne centrale passe par la racine du nez vers le menton.

Quand vous dessinez le portrait directement en face, la ligne centrale partagera le visage en de parties égales. Si le modèle tourne la tête à gauche ou à droite la ligne devient convexe et divise la tête en deux parties inégales. Le rapport de ces parties détermine le degré de rotation de la tête.

La ligne transversale horizontale passe à travers le centre des cavités orbitales et divise la tête en deux parties, la partie crânienne et la partie faciale. Cette ligne peut être droite ou courbée, selon la position de la tête. 

 Les lignes auxiliaires, verticale et horizontale, forment la croix.
Les lignes auxiliaires, verticale et horizontale, forment la croix.

Comme la ligne centrale, ligne transversale nous aide à déterminer l’orientation de la tête, son angle d’inclinaison et sa perspective.

Comment dessiner un visage en racourci

Sur ces dessins on peut observer comment les formes se diminuent ou au contraire grandissent sur la tête inclinée.

Donc ces deux lignes auxiliaires, verticale et horizontale, se croisent sur le point qui détermine la racine du nez et y forment la croix. Si cette croix est bien placée au début du dessin, elle détermine la position de la tête dans l’espace et sert de point d’appui pour le travail futur.  

En s’appuyant sur cette croix on peut tracer les lignes parallèles qui déterminent les bosses frontales, des arcades sourcilières, des yeux, des pommettes, de la base du nez et du bord inférieur du menton.

Dessiner un visage
A cette étape je commence à construire les détails en m’appuyant sur les lignes auxiliaires

Je vous propose de regarder cette vidéo “Comment dessiner un visage”, qui vient de ma chaine YouTube. La composition et les lignes auxiliaires ou je montres les deux premières étape de la construction du portrait.

Comment dessiner un visage. Etapes 1 et 2. La composition et la construction du portrait à l’aide des lignes auxiliaires

4. La forme du visage et comment utiliser la méthode de comparaison pour dessiner un visage.  

En même temps on doit faire attention aux rapports proportionnels des parties de la tête, en les comparants les uns aux autres et avec la tête en entier. Comment mesurer les proportions vous pouvez lire dans mon article “Comment dessiner correctement “. Et sur les proportions du visage vous pouvez lire également dans mon article “Proportions du visage”.

Souvent la construction du dessin se complique par le raccourcissement des formes dans la perspective qui dépend de la position de la tête. Les formes égales se perçoivent comme inégales (plus grandes, plus petites ou de formes différentes) par exemple sur la tête inclinée ou en position trois quarts.  

Donc ayant positionné la tête sur une feuille, on s’occupe de sa forme. On se pose tout le temps des questions. Quelle est la forme de la tête ? Elle est ovale, ovoïde, elle s’élargi vers le haut ou vers le bas? Elle est inclinée? Quel est le rapport proportionnel entre sa largeur et sa hauteur ?

Dès que l’on a déterminé sa forme, on dessine les lignes auxiliaires.  Et ensuite on passe à l’étape où l’on doit identifier les surfaces principales constituant le volume de la tête. Pour cela on peut séparer la surface faciale et la surface latérale ( qui va vers la partie crânienne ) de la tête avec l’ombre légère. En même temps on peut utiliser la claire obscure pour déterminer les formes plus petites sur la partie faciale de la tête.

Comment dessiner un visage. les lignes auxiliaires
On peut séparer la surface faciale et la surface latérale avec l’ombre légère.

Par exemple sur ce dessin vous pouvez voir que sur la partie faciale on a esquissé la forme généralisée du nez et dans cette forme on voit les détails plus petits comme les ailes du nez.

Faites attention que le nez soit construit à l’aide des facettes qui séparent le nez en trois surface, la surface inférieure, latérale et supérieure. 

Comment dessiner un visage

A cette étape je construis les détails. J’utilise le clair obscure pour faire ressortir les détails et les volumes de toute la tête en entier. Je travaille toujours avec les traits léges.
Cette vidéo montre la construction des détails du visage.

La forme du front se forme avec cinq surfaces.  La surface frontale supérieure, deux surfaces latérales et deux surfaces temporales. Toutes les formes de la tête doivent avoir un support anatomique. A cette étape on trace aussi les formes généralisées des yeux, du menton, des oreilles et des pommettes. La forme généralisée facilite la construction des surfaces de la tête en perspective.  

Mais faites attention ! A cette étape vous dessinez les formes en vous appuyant sur l’anatomie et pas sur le jeu aléatoire des ombres !  Les parties qui vont par paires comme les yeux, les oreilles, les bosses frontales, on doit toujours les dessiner en même temps. Par exemple les yeux on doit les dessiner ensemble, en trouvant leurs places dans les cavités orbitales, le même principe marche pour les pommettes, les arcades sourcilières et les bosses frontales.

Comment dessiner un visage.
Maintenant je commence à travailler sur le volume et préciser les détails en les comparant tout le temps.

Quand vous dessinez les détails qui vont par paires, comme les yeux, par exemple, vous devez les comparer tout le temps entre eux.

Cette technique aide à leur construction dans la perspective car même s’ils sont pareils, on les perçoit différemment sur le visage dans la position trois quarts, par exemple.

Dans cette position la méthode de comparaison nous donne la possibilité de positionner correctement les yeux par rapport aux surfaces latérales du nez, déterminer le ratio entre les surfaces latérales du nez et les ailes du nez et les narines, entre le nez et les lèvres, voir la différence entre l’œil qui est plus proche de nous et deuxième œil en raccourci etc. Quand vous comparez les détails du visage vous voyez la différence entre eux.

Notre visage n’est pas symétrique. Par exemple un œil plus grand que l’autre, une paupière surplombant, un sourcil surélevé etc.

Comment dessiner un visage. Le volume.
Je continue à travailler sur le volume. Ici je compare les détails entre eux et la tonalité des ombres.

Donc la méthode de comparaison nous aide à dessiner un visage en volume et en perspective et à capter les traits caractéristiques de notre modèle.  Quand on commence à construire le portrait, notre travail n’est pas très différents de celui que l’on fait quand on dessine la tête en plâtre. On doit construire la tête correctement et la rendre volumétrique.

Mais si on veut dessiner un visage, dessiner le portrait, on doit en plus le rendre vivant. Le spectateur doit voir que c’est un modèle vivant, avec les os, les muscles et la peau. C’est pour cela que l’anatomie artistique est indispensable pour un portraitiste.

Ma jolie modèle Clémentine.

En plus dans le portrait l’intensité du clair obscure ne dépend pas que de la position de la source de lumière, mais encore de la couleur et de la tonalité de la surface éclairée. Par exemple la peau peut être claire ou mate, les cheveux blonds ou bruns, les yeux clairs ou noirs….   Mais travaillant sur les détails il faut ne pas oublier de garder l’unité de portraits et la perception holistique de la nature.  

Comment dessiner un visage. Etape finale.
Le portrait est fini.

Quand vous dessinez un visage, n’oubliez pas tracer en même temps le coup et les épaules. Cela vous aidera à capter le mouvement de la tête. Pour déterminer la position de la tête par rapport aux épaules, déterminez d’abord sa position par rapport aux clavicules et à la fosse jugulaire qui se trouve entre les deux clavicules.

 Dans mes prochains articles nous parlerons de comment dessiner les détails, par exemple les yeux et les lèvres, Comment saisir la ressemblance et rendre votre portrait “vivant”. Comment dessiner les yeux vous pouver déjà le lire dans mon article “Comment dessiner les yeux”

Maintenant je vous propose de faire quelque exercises. Dessinez un portrait en suivant les étapes decrites dans cet article. Et je vous propose de faire une copie du dessin d’un grand peintre pour étudier sa technique.

Ici je vous donne des exemples des dessins de Hans Holbein le Jeune , un grand peintre allemand qui est entré dans l’histoire de l’art avec ses magnifiques portraits.

Hans Holbein le Jeune. Portrait
Hans Holbein le Jeune
Hans Holbein le Jeune
Hans Holbein le Jeune

Merci d’avoir lu cet article !

Je vous invite également à me laisser un commentaire. N’hésitez pas à me poser des questions ! Je suis toujours ravie de vous aider !

A bientôt ! 🙂

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Les os du crâne.

Les os du crâne. Anatomie artistique.  

Avec cet article consacré aux os du crâne je commence une série de mes cours dédiés à la réalisation de portraits. Comment dessiner et peindre le portrait.   

Anatomie humaine.

Dans cet article je vous parlerais de l’anatomie plastique (anatomie artistique) humaine notamment des os du crâne.

Cet article vous aidera à apprendre à réaliser des portraits professionnels de haut niveau.

Bien sûr l’anatomie humaine ce n’est qu’une étape dans votre parcours de l’apprentissage, mais c’est une étape extrêmement importante pour l’artiste peintre qui veut atteindre un bon niveau pour réaliser des portraits.  

Je suis persuadée que pour l’artiste peintre qui veut apprendre à dessiner correctement des portraits et des tableaux avec des personnages se doit d’apprendre l’anatomie. L’anatomie va vous servir de support pour vos réalisations. 

Quand l’artiste peintre dessine un portrait, il doit sentir la construction du crâne et des muscles. Le but de l’anatomie plastique est d’aider l’artiste aller jusqu’au bout des choses.  Dessiner ce qu’il voit et comprendre ce qu’il voit. 

Donc dans cet article vous allez découvrir :

Les différences dans la forme du crâne chez des personnes différentes.

La différence entre le crâne d’un enfant, celui d’un adulte et celui d’un vieillard.

La différence entre la partie faciale et la partie crânienne de la tête. Les proportions.

Les os du crâne

Les sutures du crâne

Les procès des os crâniens

Les bosses et les cavités du crâne

La forme de la tête est conditionnée par la spécificité de la construction de son crâne et de ses muscles. 

Dans l’anatomie artistique il est d’usage de distinguer deux parties du crâne. La partie faciale et la partie crânienne. 

Les os du crâne. Partie crânienne et la partie faciale de la tête
Les os du crâne et les sutures. Partie crânienne et la partie faciale de la tête

La partie crânienne se consiste de huit os. La partie faciale – de quatorze os. Regardons les os crâniens. 

Les os du crâne de la partie crânienne de la tête.

Les lignes, les procès et les os du crâne.. Partie crânienne et la partie faciale.
Les lignes, les procès et les os du crâne.

L’Os frontal. Cet os joue un grand rôle dans la construction du visage.

L’os frontal se distingue très bien sur la tête quand on dessine le portrait. Les bosses frontales et les arcades sourcilières se distinguent très bien. De chaque côté du front on peut palper les lignes temporales qui séparent la surface frontale de la surface latérale de la partie crânienne de la tête. De chaque coté extérieur des cavités orbitales l’os frontal forme les procès zygomatiques.

Les os du crâne. Partie crânienne
Les os, les sutures, les bosses du crâne. Partie crânienne

Entre l’os frontal et l’os occipital se trouve l’os pariétal. En fait ce sont deux os joints par la suture sagittale. L’os pariétal forme la bosse pariétale qui se distingue fortement sur le crâne. Sur l’os pariétal on voit la ligne temporale aussi, comme sur l’os frontal. Mais sur l’os pariétal la ligne temporale se sépare en ligne temporale supérieure et la ligne temporale inférieure. L’os pariétal se rejoint l’os frontal avec la suture coronal

Au-dessous de l’os pariétal se trouve l’os occipital qui se rejoint avec l’os pariétal avec la suture lambdoïde. On peut palper facilement les bosses de cet os.

A droite et à gauche de l’os occipital se trouve l’os temporal que se rejoint à l’os pariétal avec la suture squamosale, à l’os occipital avec la suture lambdoïdale et à l’os sphénoïde avec la suture sphénosquamosale. L’os temporal forme le méat acoustique externe, l’apophyse mastoïde et le procès styloïdien que l’on peut palper facilement sous la peau.

L’os sphénoïde se trouve entre l’os temporal, l’or frontal, l’os pariétal et l’os zygomatique. Chez les adultes l’os sphénoïde se soude avec l’os occipital.

L’os ethmoïdal se trouve au centre de la partie crânienne de la tête et participe à la construction les cavités orbitales avec l’os lacrymal et l’os sphénoïde qui forme la surface orbitale.

Si l’on compare la partie crânienne de la tête de personnes différentes on verra que la forme du crâne est différente. La forme allongée, courte et plutôt ronde et une forme entre deux présidentes ( la forme que l’on voit plus souvent dans la vie ) .

Les os du crâne. Partie crânienne

Le développement des parties différentes (les bosses, les procès etc… ) n’est pas pareil non plus. Il y a des cas où l’on voit une personne avec les bosses frontales ou les bosses pariétales très développées, qui se aperçoivent facilement sous la peau. Chez une autre personne ces bosses peuvent ne pas être si visibles. L’artiste peintre doit prendre tout cela en compte quand il dessine un portrait.

Maintenant passons à la partie faciale de la tête.

Les os du crâne de la partie faciale

Les plus grands os de la partie faciale sont :

La mandibule

Le maxillaire

Os zygomatique

Le maxillaire a quatre procès. Les Deux procès les plus importants pour nous sont le procès de l’os maxillaire (processus alvéolaire) où se trouvent les dents et le procès frontal du maxillaire qui côtoie les os nasal, frontal et lacrymal. Ce procès participe à la construction de la forme du nez.

L’os zygomatique joue un rôle important dans la construction du visage et détermine la largeur du visage. On peut palper facilement toute la surface extérieure de l’os zygomatique. Cet os a deux procès. Le procès temporal qui rejoint l’os temporal avec la suture zygoâticotemporale et le procès frontal qui à son tour rejoint l’os frontal avec la suture frontozygomatique. L’os zygomatique participe à la construction de la cavité orbitale.

La mandibule est très importante pour la construction du visage. La mandibule a le corps et deux branches et les processus alvéolaires comme le maxillaire. A l’extérieur de son corps se trouve la protubérance mentonnière. Chaque branche de la mandibule a deux procès. Le procès coronoïdien de la mandibule et le procès condyloïdien de la mandibule. Le procès coronoïdien se trouve à côté de l’os zygomatique et servie d’un point de fixation du muscle temporal. Le procès condyloïdien forme l’articulation temporo-mandibulaire. Le raccord entre la branche et le corps de la mandibule s’appelle l’angle de la mandibule qui s’aperçoit très bien sous la peau.

Les lignes, les procès et les os du crâne. En face.
Les lignes, les procès et les os du crâne. En face.

Maintenait passons aux autres os de la partie faciale. L’os lacrymal et os nasal participent à la construction du nez. Dans les fosses nasals se trouvent le vomer et l’os ethmoïdale.

L’os hyoïde ne s’attache au crâne qu’avec les muscles et les ligaments. L’os hyoïde a le corps et deux procès qu’on peut facilement palper sous la peau.

Le grand rôle dans la construction de la forme de la tête jouent….

Les cavités orbitales, les fosses nasales, la bouche et la cavité temporale.

Cavité orbitale à une forme de pyramide dont le sommet est inversée  vers l’intérieur du crâne. La paroi supérieure de la cavité orbitale est formée par l’os frontal. La paroi extérieure – par l’os zygomatique et l’os sphénoïde. La paroi inférieure – par le maxillaire et la paroi intérieure – principalement par l’os ethmoïde. Les formes des cavités orbitales peuvent être différentes, plus rondes ou plus allongées. Par son axe transversal, la cavité orbitale se situe horizontalement ou légèrement inclinée. Alors les axes transversaux des deux cavités orbitales se situent sous l’angle obtus l’une par rapport à l’autre. Les bords des cavités orbitales sont très faciles à palper sous la peau.

Les fosses nasales ont une construction complexe. Les fosses nasales sont séparées par la cloison nasale qui se forme de l’os ethmoïde et le vomer. Les cornets qui vont à l’intérieur des fosses nasales s’appellent les cornets nasaux, il y a trois cornets dans chaque cavité nasale. 

La bouche est formée par la mandibule, le maxillaire et

La cavité temporale estformée par l’os pariétal, l’os sphénoïde, l’os temporal, l’os frontal et l’os zygomatique. Elle a une forme d’une cavité plate et elle est assez facile à palper sous la peau.

Il y a toujours la différence entre le crâne d’un enfant, celui d’un adulte et d’un vieillard. Le crâne d’un enfant a d’autres proportions que le crâne d’un adulte.

La taille de la partie faciale du crâne d’un enfant et très petite par rapport à la taille de sa boîte crânienne, là ses maxillaires et mandibule ne sont pas assez développés ainsi que les puits dentaires. L’os frontal est très grand et ses bosses frontales s’aperçoivent  facilement, les arcades sourcilières au contraire s’aperçoivent à peine. L’os nasal nez n’est pas développé non plus comme d’ailleurs l’apophyse mastoïde. 

Les os du crâne d’un enfant sont mobiles et ils n’ont pas de sutures. Sur le crâne il y a les fontanelles. Ce sont des membranes cartilagineuses molles qui se trouvent entre les parties osseuses du crâne. La fontanelle lambdatique est triangulaire et elle sera combinée à deux mois environ. La fontanelle bregmatique a une forme de losange et elle sera combinée plus que les autres, à la seconde année de sa vie.

Les proportions

La tête d’un enfant est proportionnellement plus grande par rapport à son corps que la tête d’un adulte. La tête d’un enfant représente ¼ de son corps, alors que la tête d’un adulte représente 1/6,5 – 1/8 de la taille de son corps.

Le crâne d’un vieillard se caractérise par l’absence des sutures sagittale, lambdoïde et la suture coronale qui se sont soudées. Et plus il y a lieu l’atrophie des puits dentaires et de la mandibule, ce qui conduit à la diminution de la taille de la partie faciale du crâne.

Quand on observe la tête en face, on peut remarquer que la dimension transversale dans la partie supérieure, dans la partie centrale et dans la partie inferieure du visage ne sont pas pareils chez les différentes personnes. Ce que vous pouvez voir sur ce dessin.

D’ailleurs la forme du visage ne dépend pas uniquement de la forme de crâne, mais aussi des muscles.

Si l’on regarde la tête en profile on peut déterminer l’angle générale du profile, ce qui aide beaucoup quand on dessine le portrait.

l’angle générale du profile
l’angle générale du profile

Cet angle se trouve entre deux lignes droites. La ligne verticale qui passe entre le point qui se trouve sur la ligne centrale du visage entre l’os frontal et l’os nasal et l’épine nasale.

Et la ligne horizontale qui passe par le bord supérieur du méat acoustique extrême et le bord inférieur de la cavité orbitale. L’angle entre ces deux lignes est égale à 80 – 84,9° . Il y a des cas que où cet angle est plus petit ( prognathisme ) ou plus grand ( orthogénisme ) . Il peut atteindre l’angle droit ou même le dépasser.

Si l’on trace une ligne verticale à travers le méat acoustique extrême on pourra comparer la partie avant et la partie arrière du crâne. Ce qui est très importent lors qu’on dessine un portrait. Car le développement de la partie avant et la partie arrière chez les personnes différentes n’est pas toujours pareille. 

Le crâne. la partie avant et la partie arrière du crâne
Comparaison de la partie avant et la partie arrière du crâne

En conclusion je voudrais vous conseiller d’essayer d’apprendre à dessiner le crâne par cœur. Cette pratique vous facilitera la réalisation d’un portrait.

Vous n’êtes pas obliger d’apprendre par cœur tous les os du crâne. On les observe uniquement pour que vous compreniez la structure et la forme du crâne. Vous verrez que les connaissances acquises vous aideront beaucoup pour dessiner les portraits de niveau professionnel.

Comme exercice je vous propose d’apprendre à dessiner par cœur le crâne et encore mieux si vous pourriez faire quelque dessins d’un crâne. Vous pouvez facilement trouver le crâne en plâtre ou en plastique dans les magazines spécialisés sur les matériels pour les artistes. 

Le crâne

Merci d’avoir lu cet article ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires. Et bien sûr si vous avez besoin de mon aide pour vos réalisations artistique, je suis toujours ravie de vous aider.

A bientôt 🙂                

Partager l'article :
  •  
  •  
  •